Dosta, Analyse du jour: Justice ya Kabila ezo faire souffir ba congolais, quel motema mabe!

  • 2241 Views
  • 14 Comment(s)
January 7, 2017 Yeba
Shares

Dosta, Analyse du jour: Justice ya Kabila ezo faire souffir ba congolais, quel motema mabe!


Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

14 thoughts on “Dosta, Analyse du jour: Justice ya Kabila ezo faire souffir ba congolais, quel motema mabe!”

  1. Comment*bibey mutombo le grand entrino lamuka omona makambo Jeff azo sala ba luba asibi sibi christian badibanga Na masoko po aza pede po olive ayeba te pe christian a funda te apesi ye primature ayiba Na temps muke ateka diamant ya miba Na ba nzete ya foret equateur a sepela pays ya batu ya maboma congolais puku akufi nzala Na sac ya ngumba ebele ko kamua ba sango bidoba bisiba bozela dialogue ya mandoki ezo ya le seul language Jeff akoki ko yoka eza masasi dialogue te.

  2. 1-1-2018-pas de kofuta mbongo na aeroport ya ndjili-pas duane plus de2000d-pas de salaire ya ba depute bazua plus de3000dls says:

    libere frank

  3. RD Congo : bienvenue en kinoiserie
    Publié le 06 janvier 2017

    par Tshitenge Lubabu M.K.

    Pour ceux qui ne le savent pas, les habitants de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, sont des Kinois.

    Ils seraient une dizaine de millions. Ce chiffre n’est qu’une estimation, d’autant que le dernier recensement de la population dans ce pays remonte à… 1984. Les Kinois, dont je suis, ont une langue commune : le lingala, l’une des quatre langues nationales. Être kinois de naissance ou d’adoption confère un certain prestige et un complexe de supériorité par rapport aux provinciaux. Pourtant, la ville, rongée par l’insalubrité, en plus de ses rues défoncées, n’a pas bonne mine.

    Les Kinois, qui ont fière allure, sont considérés, à tort ou à raison, comme des sapeurs, des « ambianceurs » invétérés, des hommes de la danse, grands buveurs de bière. Ils sont, en somme, des braillards qui, face aux difficultés de la vie – la grande majorité d’entre eux vit d’expédients –, recourent à des astuces inattendues pour survivre. Cela se traduit par une sorte de violence verbale dans les rapports sociaux. Chacun joue au dur pour ne pas se laisser marcher sur les pieds. Et use d’intimidation comme moyen de défense et pour se défouler.

    Les Kinois sont peut-être les seuls habitants de notre planète à répondre à des questions par… des questions !

    Les Kinois sont peut-être les seuls habitants de notre planète à répondre à des questions par… des questions ! Des exemples ? Une dame se rend dans un marché de la ville pour acheter du poisson. Elle s’arrête devant un étal. Mais elle constate qu’une nuée de mouches se pose dessus. Elle demande à la vendeuse pourquoi il y a autant de mouches sur les poissons. Réponse sans appel de la vendeuse : « Quel est votre problème ? » Une autre consommatrice demande le prix d’un produit à une commerçante : « Combien ça coûte ? » La réponse est étrange : « Vous voulez acheter ? » Après une journée de dure débrouillardise, un père de famille rentre chez lui. Il demande à sa femme : « Avez-vous déjà mangé ? » Réaction de la dame : « M’avais-tu laissé de l’argent pour les provisions ? »

    Kinshasa, à l’instar d’autres capitales du continent, est en proie à des délestages sans fin. Dans un quartier, après de longues heures sans électricité, une femme s’adresse à une de ses voisines pour savoir si l’électricité a été rétablie. La voisine, furieuse, ne la ménage pas : « On vous a dit que je travaillais à la Société nationale d’électricité ? » Un monsieur constate qu’une dame est mal en point. Compatissant, il lui demande de quoi elle souffre. La femme, énervée, réplique : « Depuis quand êtes-vous médecin ? »

    Même ceux qui se connaissent de longue date ne se montrent pas plus aimables

    Dans les transports en commun, voire dans la rue, il arrive que des passagers ou des passants échangent des amabilités. Il y en a qui, pour impressionner ou intimider, posent systématiquement la même question : « Faites gaffe ! Savez-vous qui je suis ? » Réponse : « Qui êtes-vous ? Le président de la République ? Pfft ! » Même ceux qui se connaissent de longue date ne se montrent pas plus aimables. C’est le cas d’une dame qui, ayant appris une bonne nouvelle, veut en avoir le cœur net. Et elle appelle son amie : « Est-il vrai que ta fille vient de se marier ? » Réponse déroutante : « Tu pensais qu’elle mourrait vieille fille ? » Sacrés Kinois ! Ils ont la langue acérée et un humour délirant ! C’est sans doute cela qui leur évite le naufrage.

    Tshitenge Lubabu M.K.

    1. @@Kodia Abako!
      —————————————————
      Les KINOIS sont des humains merveilleux!
      —————————————————-
      Tu viens-là encore Avec des mensonges, comme tu en as les mauvaises habitudes héritées de ta famille!
      ——————————–
      Saches-le bien que, ce que tu vivait à Kinshasa, en vivent aussi tes frères et sœurs dans des continents lointains. – Adage Biblique
      Voyages beaucoup pour connaitre le monde avec ses Hommes :
      Kinshasa est une « Grande Ville » comme d’autres grandes villes de cet hémisphère sous le soleil, qui a ses défauts et ses merveilles. J’aime la ville de Kinshasa !
      Tu es un villageaois!

  4. le pays rdc est occupe par des ruandais mais certain politiciens leurs buts c est d avoir l argent trahir la nation pour de poste ministriel qui ne sert a rien car entete il ya un etranger qui bosse pour kagame le cas ndeko basile bussa kamerhe makila ilunga bandibanga etc …leurs objectif les ministres alors avec un budget de 3000000000de dollrds comment faire fonctionne un petit continent tel que la rdc

  5. LE KONGO EST OCCUPE PAR LE TUTSI POWER. Les « fantômes » de l’AFDL : Ruberwa is back!

    Président du RCD-Goma, l’ex-rébellion pro-rwandaise, ancien vice-président de la République en charge de la Défense sous le régime de transition «1+4», Azarias Ruberwa Manywa, 54 ans, a fait un retour aux affaires fort remarqué par sa présence dans le gouvernement du Premier ministre Samy Badibanga Ntita dont la composition a été publiée le lundi 19 décembre. A tort ou à raison, l’homme passe pour le “défenseur” des intérêts du régime de Paul Kagame à Kinshasa.

    Titulaire du portefeuille de la Décentralisation et réforme institutionnelle, le nouveau ministre se veut «rationnel». Il se propose de dresser dans les « prochains jours » un état des lieux sur le fonctionnement des nouvelles provinces. Depuis le 30 juin 2015, le nombre des provinces est passé de 11 à 26 au Congo-Kinshasa.

    Le retour aux affaires de cet homme étiqueté proche du régime de Kigali suscite des commentaires en sens divers. D’aucuns y voient le signe annonciateur de la «résurrection» de l’AFDL (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo) qui avait porté LD Kabila au pouvoir avant de lui faire la guerre.

    Etat des lieux

    Contrairement aux nouveaux ministres qui clament ici et là leur volonté de promouvoir le
    «changement» dans leur secteur d’activité – sans avoir identifié au préalable les problèmes qui s’y posent autant que les moyens à mobiliser -, Azarias Ruberwa voudrait sortir des sentiers battus. Juriste de formation, l’homme entend agir à l’image d’un médecin. Une seule règle : le diagnostic précède la thérapeutique.

    Des sources proches du ministère de la Décentralisation et réforme institutionnelle ont annoncé, jeudi 5 janvier, que le successeur de Salomon Banamuhere espère collecter des
    «informations utiles» sur les difficultés que rencontrent les pouvoirs locaux depuis que le nombre des provinces est passé de 11 à 26 en application de l’article 2 de la Constitution.

    Ces informations devraient lui permettre de «mettre fin aux dysfonctionnements» observés au niveau de l’administration des anciens districts érigés en province en application de la circulaire du 4 février 2015. La formation des animateurs des villes érigées en chefs-lieux de province, le renforcement des capacités du personnel des assemblées provinciales et la mise en place des administrations financières. Tel est le programme tracé par Ruberwa.

    Les provinces infantilisées

    Depuis la promulgation de la Constitution en vigueur, il y a dix ans, les provinces continuent à être infantilisées par l’Exécutif national en général et le ministre de l’Intérieur en particulier. Et pourtant, ces entités sont dotées de la personnalité juridique. Les interventions intempestives des autorités nationales empêchent les pouvoirs locaux à jouir de «la libre administration et de l’autonomie de gestion de leurs ressources».

    L’article 200 de la Charte fondamentale stipule qu’il est institué une conférence des gouverneurs de province présidée par le chef de l’Etat. Elle se tient au moins deux fois par an. Depuis 2007 à ce jour, « Joseph Kabila » qui n’a pas la réputation d’un «bosseur» n’a convoqué que quatre rencontres du genre. La dernière s’est tenue mi-juin dernier à Lubumbashi.

    Au chef-lieu de la nouvelle province du Haut Katanga, les gouverneurs, à quelque rares exceptions près, n’avaient que quatre mots dans la bouche : le manque de moyens. Les problèmes sont légion : manque d’infrastructures, insécurité, enclavement, pénurie en eau courante et électricité, enseignement, hygiène, santé, agriculture, pauvreté.

    Selon certains participants à cette réunion, «Kabila» a écouté poliment les doléances de ses interlocuteurs tout en donnant l’impression d’être «ailleurs».

    L’assistance a fini de comprendre que le locataire du Palais de la nation – dont le second et dernier mandat devait expirer le 19 décembre 2016 – était préoccupée plus par la prochaine élection présidentielle que des problèmes d’intendance auxquels étaient confrontées les provinces. Lors de cette rencontre, l’hypothèse de l’organisation d’un « référendum » a même été évoquée. Objectif : faire réviser l’article 220 qui empêche le Président sortant à briguer un troisième mandat.

    Et revoici Ruberwa

    Lors du « dialogue politique » organisé du 1er septembre au 18 octobre, sous la facilitation de l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo, l’opinion congolaise n’a pas caché sa surprise de voir Azarias Ruberwa figurer parmi des «personnalités» invitées à ces assises. D’aucuns pourraient objecter que l’ancien vice-président de la République Arthur Z’Ahidi Ngoma était également présent. Reste que la même opinion a noté l’activisme de Jaynet «Kabila» à cette rencontre.

    En parcourant l’accord conclu le 18 octobre 2016 à la Cité de l‘Union Africaine, force est de remarquer que le véritable enjeu de ce forum est exprimé dans le deuxième alinéa de l’article 17 dudit accord. « Conformément à la Constitution, le Président de la République en exercice reste en fonction jusqu’à l’installation effective du nouveau Président élu ; (…) ».

    Selon des sources, malgré la fin du régime «1+4» après la présidentielle de 2006, Ruberwa est resté très influent auprès de «Joseph Kabila». Des «mauvaises langues» assurent que sa sécurité rapprochée serait toujours assurée par des combattants issus du RCD-Goma dont les hommes provenaient essentiellement de la RDF (Rwandese defence force). Ceux-ci n’ont jamais été brassé ni mixé. Et ce, contrairement aux combattants du MLC de Jean-Pierre Bemba.

    A en croire ces mêmes sources, malgré son air inoffensif, «Azarias» serait le véritable «patron» de l’ANR (Agence nationale de renseignements). A ce titre, il ferait partie du fameux
    «gouvernement parallèle» où se prennent les véritables décisions.

    Une chose paraît sûre : l’entrée de Ruberwa au gouvernement de Samy Badibanga n’a pas été applaudie de deux mains. « Le président Joseph Kabila voulait nommer Azarias d’abord au ministère de la Défense, commente un analyste kinois. Des voix se sont élevées pour lui faire remarquer que la présence de Ruberwa à la Défense pendant que Charles Bisengimana est à la tête de la Police serait mal interprétée».

    La nomination de « Maître Ruberwa » au ministère de la Décentralisation et de réforme institutionnelle n’est pas bien vu. Bien au contraire. « La présence de Ruberwa au ministère de la Décentralisation et réforme institutionnelle est une occasion pour le régime de Paul Kagame d’achever l’oeuvre de balkanisation commencée dans le Nord Kivu ». C’est le genre de réflexions qui revenait sur les réseaux sociaux.

    En juillet 1994, le Front patriotique prend le pouvoir à Kigali. Des militaires des ex-Forces armées rwandaises de Juvénal Habyarimana trouvent refuge dans les deux provinces zaïroises du Kivu.

    Au service de la sécurité nationale du Rwanda

    En septembre 1996, les premières échauffourées ont lieu entre les Forces armées zaïroises et des miliciens tutsis dits « Banyamulenge ». En octobre de la même année, Pasteur Bizimungu alors chef d’Etat rwandais tient un meeting à Cyangungu. Il brandit, à cette occasion, une carte du « Grand Rwanda » en exigeant la tenue d’une deuxième conférence de Berlin pour revoir le tracé des frontières entre le Zaïre d’alors et le Rwanda. Une manière de justifier la “guerre des Banyamulenge”.

    Depuis cette prise de position, les Zaïro-Congolais ont acquis la conviction que le régime de Paul Kagame a des visées annexionnistes sur les provinces du Kivu. L’Ouganda, lui, lorgnerait sur l’Ituri.

    Fin octobre 1996, l’AFDL voit le jour à Goma. Les initiateurs de cette organisation ne sont autres que le président ougandais Yoweri Kaguta Museveni et Paul Kagame, alors ministre de la Défense et vice-président du Rwanda. Dans un documentaire intitulé « L’Afrique des Grands Lacs en morceaux », Museveni se vante d’être l’homme qui avait présenté Laurent-Désiré Kabila à Kagame. « C’est mon secrétaire particulier Innocent Bisangwa qui l’avait conduit à Kigali afin qu’il soit le porte-parole de l’AFDL», dira-t-il.

    Le 17 mai 1997, ce sont les troupes de l’AFDL qui portent LD Kabila à la tête du pays rebaptisé République démocratique du Congo. « Azarias » n’était que directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères Bizima Karaha. « Joseph Kabila », lui, était l’assistant du colonel James Kabarebe, commandant des troupes rwandaises déployées au Congo et chef d’état major de l’armée congolaise. Après la rupture entre LD Kabila et ses anciens parrains, Ruberwa se réfugie à Kigali à l’instar d’autres personnalités appartenant à l’ethnie tutsie. C’est dans la nouvelle «rébellion congolaise», le RCD, que l’homme va prendre du grade.

    Le 16 janvier 2001, LD Kabila meurt dans des circonstances qui restent mystérieuses à ce jour. 26 janvier, « Joseph Kabila » est investi à la tête de l’Etat. A l’issue du dialogue intercongolais en 2002 à Sun City, Ruberwa devient un des vice-présidents de la République. «Ruberwa n’a jamais caché qu’il était au service des intérêts du régime rwandais au Congo, commente un analyste. La présence de Joseph Kabila à la tête de notre pays sert de garantie pour la sécurité nationale du Rwanda. La présence de Maître Ruberwa dans le gouvernement Badibanga marque le retour en force des fantômes de l’AFDL par la cupidité des politiciens congolais…». (B.A.W)

    2017 EST L’ANNEE DE LA LIBERATION TOTALE DU KONGO OCCUPE PAR LE TUTSI POWER. INGETA

    1. @@ combattant de l’ombre, LE CANCRE IDIOT SE CAMOUFLANT EN RD KONGO.

      ba texte na yo e yabani, combattant de l’ombre asalaka ba redaction lokola liboke ya nyei-caca e kangami na makunza ya candide okeke.

      kaka ko kumisa ba rwandais mais ko fingisa r.d.congo,zoba kizengi ya combattant de l’ombre, soki ruberwa azali ko represente occupation rwandaise en r.d.congo ebongo bisengimana rwema barthelemy, directeur du cabinet ya mobutu, ezalaki occupation to nini ????

      combattant de l’ombre,honore ngbanda,candide okeke,ba nyama,ba imbecile.

      1. MIABI BISUBO DIABOLOS PD LIBOKE YA CACA NA YEI OLIAKA TE YANGO OKOMA ZOBA ZOBAK BA MESSAGES WANA EZALI KONYOKOLA YO MOTEMA LIKUNDU AIGRI TUFI NYANGALAKATA MIABI PD VW SDF BISUBA. TOZALI KOMONA ESIKA YA KOBETELA YO BIBOTU TE MPO OBIMI BA BUBON PATOUT MATUTU LOKOLA BA BOSSES YA BA BONOBO BOYIBA NA KONGO BAKOMA KOVANDA NA RWANDA MILLE COLLINES. OKOMA BA POTA PARTOUT TI NA MUKONGO ETONDA BA LOTO LOKOLA MOKOMBOSO. MIABI BOLOLE YAMBO OFIOTOLA MONOKO WANA YA SONGE NA MINO EBIMA LOKOLA MPUKUMUNYE MITALA NAINO NA KITALATALA YA GARE OLALAKA COMME SDF YO NA COMBATTANT RÉSISTANT DE L’OMBRE NANI AKUMISAKA BA RWANDAIS NA BA DIALOGUES NA BA NEGOCIATIONS ? OBANDI LIBOMA YO MIABI BOLOLE OZALI KOKOTELA BA FAUX POLITICHIENS CORROMPUS MEDIOCRES BAKENDAKA NA DIALOGUES NA BA OCCUPANTS TUTSI RWANDAIS OLINGI OBEBISA BATU MITU AWA NA BA MANIPULATIONS SANS TETE NI QUEUE. KAOKOKOKOROGO MOKONZI YA BA YANKEES ATIKI YO MUTAKALA NA MILLE COLLINES OZALI KOBIMA MAKUANZA NA MABIATA LOKOLA BONOBO MOKOMBOSA AZANGA MOKILA TUFI MIABI NGOMBE TAUREAU NA BA MILIKI MELANGE NA BA MAKILA YA BA CHEPTEL OMELAKA TONGO MIDI POKWA NA KIGALI/RWANDA. INIENZI KINSEKWA YA AZARIAS RUBERWA VA DÉCENTRALISER UN PAYS QUI NE LUI APPARTIENT PAS. POUR TA GOUVERNE IL FAUDRAIT QUE TU SACHES QU’AU SEIN VOTRE HYPOTHÉTIQUE GOUVERNEMENT DE TRANSITION DE L’ACCORD BIDON DE LA CENCO DE TATU TSHITSHI GRAND COLLABO ET SON HÉRITIER FILS FELIX TSHILOMBO MASEBE ESCROC POLITICHIEN MARGOULIN, AZARIAS RUBRERWA LE TUTSI RWANDAIS GARDERA SON MINISTÈRE DE DÉCENTRALISATION CONTRE TOUTE ATTENTE. SI TOI BOLOLE MIABI QUI NE SAIT PAS LIRE ENTRE LES LIGNES CROIT BÊTEMENT QUE NOUS FAISONS LA PUBLICITÉ DES INIENZI TUTSI, EZALI NDE LIBOMA YA CNPP YA RWANDA NA ANR EXTERIEUR EZALI KOLOBISA YO BILOBA LOBA NETI MPUKUMUNYE NA CERVELET YA SOSO OZALAKA NA YANGO. MIABI TUFI BOLOLE PD YUMA NGOTOBOBO MBENDRE ZEMBE ZEMBE TUFI SDF VW. SUBA SUBA OLALA.

        1. @@ combattant de l’ombre resistant, UN CANCRE IDIOT SE CAMOUFLANT EN rd.kongo.

          combattant de l’ombre, na ba texte na yo ya phrase obe moko, mais ya 45 lignes sans paragraphes,ni intro,ni dev,sans concl,ni virgule et point, ozali ko demontrer niveau ya ki illettrisme na yo, bumbafu kata.

          kaka ko kumisa ba rwandais na ba tutsi
          kaka loue paul kagame
          obe ba louange na ba rwandais
          obe ba adoration na tutsi power, alors que ba zali faible.

          honore ngbanda azali imbecile monene.

          1. MIABI BISUBA DIABOLOS PD, TON DÉDOUBLEMENT SUR LES PSEUDOS DES AUTRES TE REND RIDICULE. PAR HYPOCRISIE TU INTERPELLES UNE PERSONNE MAIS DE L’AUTRE TU L’EXCLUS EN MIDIFIANT SON PSEUDO… QUEL MALADE MENTAL ES-TU ?

            FOUTAISES ET PAROLES VAINES @INFILTRE TUTSI RWANDAIS PD TRANSEXUEL MIABI DAVI DAVID ALIAS NGBANDA TIKA BA JEUX, HONORE MUKINZA ALIAS MAMAN BOBBY MBANDAKA EWANGA VRAI TUTSI RWANDAIS ENFANT BÂTARD MAUDIT À CAUSE DE SES PRISES DE POSITION HYPOCRITES SUR LE GÉNOCIDE KONGOLAIS COMMIS PAR SES FRÈRES ET SŒURS DU TUTSI POWER…

            LA PARTIE FRONTALE DE TON CERVELET REMPLI DES NOTIONS DE LA PENSÉE UNIQUE, DU FANATISME AVEUGLE ET DU MAL NE SAURAIT CAPTER LES ÉCLAIRS DE LA VÉRITÉ, DU BON SENS, DE LA VERTU, DU BIEN ET DE L’AMOUR DÉSINTÉRESSÉ (AGAPE) PUISQUE TU ES UN DEMON MI-HOMME MI-CHEVAL, UN ONOCENTAURE SANS CŒUR….

            POUR TA GOUVERNE AINSI QUE TA PETITESSE D’ESPRIT HYBIDE FAUX LOKELE FAUX KASAIEN DU RWANDA MILLE COLLINES, EN POLITIQUE LA VRAIE, IL N Y A JAMAIS EU DE JURISPRUDENCE COMME EN JUSTICE ET QUE TOUTE COMPARAISON N’EST PAS RAISON CAR LA SITUATION ACTUELLE DU KONGO NE PEUT-ÊTRE JAMAIS ASSIMILÉE À LA LUTTE CONTRE LA SÉGRÉGATION RACIALE AUX USA ET À L’APARTHEID EN AFRIQUE DU SUD POUR PLUSIEURS RAISONS QUE TON CERVELET NE POURRAIT CAPTER… ET SI JAMAIS C’EST LE CAS, À CHAQUE PROBLÈME SON REMÈDE, L’EXCELLENT MARTIN LUTHER KING ET L’OGRE NELSON MANDELA N’ONT JAMAIS TRAVAILLÉ AVEC UNE CLASSE POLITIQUE CORROMPUE, MÉDIOCRE, INCONSCIENTE CONGENITALE SANS IDÉAL, SANS VISION À COURT, À MOYEN ET À L’ONG TERME COMME EN RDC (RÉPUBLIQUE DÉMOCRATURE DU CONGO) DIRIGÉE PAR DÉFI PAR UN INTRU IMPOSTEUR OVNI POLITIQUE DE SURCROÎT TUTSI RWANDAIS NOMMÉ KANAMBE ALIAS JOSEPH KABILA, JO KABILA POUR SES COMPATRIOTES INTIMES COMME TOI MIABI ZOBA ZOBAK ULTRA CON IDIOT UTILE PD INFILTRÉ TUTSI RWANDAIS ÉMINENT MEMBRE DE L’ANR EXTÉRIEUR POUR LA CAUSE DE L’EMPIRE HIMA TUTSI POWER…

            FAIRE UNE TELLE COMPARAISON DANS UN CYNISME EXAGÉRÉ TOUT EN NIANT FROIDEMENT L’OCCUPATION TUTSI POWER AU KONGO DE LUMUMBA, C’EST SE COMPLAIRE DANS LA MAUVAISE FOI TOUT EN SE MORFONDANT DANS LES CONFUSIONS ET INCONCOHERENCES HABITUELLES QUI VOUS SONT CHÈRES MONSIEUR L’INFILTRE TUTSI FAUX MEMBRE DE L’UDPS FAMILIALE PUISQUE VOUS NIEZ SANS VERGOGNE PAR DESSUS TOUT L’OCCUPATION TUTSI POWER AU KONGO MAIS DANS UN EXERCICE D’ÉQUILIBRISTE INUTILE, VOUS ARGUMENTEZ QU’EN EFFET MALGRÉ TOUT LA FRANCE OCCUPÉE PAR L’ARMÉE ALLEMANDE FUT LIBÉRÉE PAR LES AMÉRICAINS ET LES ANGLAIS… QUEL TARÉ SOURNOIS SPÉCIEUX AFFABULATEUR MANIPULATEUR TORDU ES-TU POUR TROMPER LES NAÏFS À CE POINT PAR UNE MANIPULATION PUANTE DES MASSES ET DES JEUX DES MOTS ?

            LA NATURE HAINEUSE COUPLÉE DE MAUVAISE FOI DE MERDE VOUS JOUERONT DES TOURS ÉTERNELLEMENT MALGRÉ VOS GESTICULATIONS INTELLECTUELLES LIMITÉES QUI NE VOUS PERMETTRONT JAMAIS DE PRENDRE DE LA HAUTEUR POUR JUGER DE LA GRAVITÉ DU PROBLÈME IDENTITAIRE QUI MINE LE KONGO DIA NTOTILA AFIN DE JUGULER LE VRAI PROBLÈME KONGOLAIS, NOUS SERONS TOUJOURS LÀ POUR RECTIFIER LE TIR EN TORDANT LE COU À VOS SALES INCANTATIONS SATANIQUES QUE VOS MAÎTRES RWANDAIS SANGUINAIRES VOUS DEMANDENT D’INTRODUIRE DANS L’IMAGINAIRE VIOLÉ DES VRAIS KONGOLAIS DE SOUCHE PURS SANG..,

            EN AFFIRMANT QUE LA FRANCE FUT LIBÉRÉE PAR LES ANGLAIS ET LES AMÉRICAINS SANS LES FRANCAIS EUX-MÊMES, VOUS OSEZ PAR IGNORANCE OMETTRE LE PRIX PAYÉ PAR CE PEUPLE EN MINIMISANT LE TRAVAIL DE FOND HARASSANT DE LA RÉSISTANCE FRANÇAISE POUR AFFAIBLIR LE GOUVERNEMENT D’OCCUPATION DE VICHY DURANT PLUSIEURS ANNES SUR LE TERRAIN…

            CE DÉNI DE RÉALITÉ SUR L’OCCUPATION ALLEMANDE DE LA FRANCE EST SIMPLEMENT DICTÉ PAR CETTE MANIE HAINEUSE QUI TE COLLE À LA PEAU COMME UN MANTEAU DE HONTE QUI DÉMONTRE TA FAUSSE ATTITUDE BANCALE DE VOULOIR UNE CHOSE ET SON CONTRAIRE À LA FOIS C’EST-À-DIRE D’UNE PART LA PÉRENNISATION DE L’EMPIRE HIMA TUTSI AU KONGO ET D’AUTRE PART L’ANÉANTISSEMENT COMPLET DES VELLÉITÉS PATRIOTES NATIONALISTES DES COMBATTANTS RESISTANTS KONGOLAIS QUI POSENT UN DIAGNOSTIC COMPLET ET QUI PROPOSENT UNE SOLUTION FINALE DURABLE DE LIBÉRATION TOTALE EN LIEU ET PLACE DES SOLUTIONS PARTIELLES QUE LES COLLABOS DE VICHY VERSION CENCO RASOP INRERDIOCESAIN PROPOSENT CLAIREMENT AVEC TOUTES LES MAUVAISES INTENTIONS DU MONDE…

            LE TEMPS QUI EST UN ATTRIBUT INDISSOCIABLE DU CRÉATEUR DIEU TOUT-PUISSANT ENCOURT TOUJOURS COMME D’HABITUDE, VOUS CHANTEREZ LA MÊME CHANSON DE CYGNE EN ATTENDANT L’ÉBOULEMENT FINAL DU PEUPLE KONGO SOUVERAIN PRIMAIRE. TRÊVE DE PLAISANTERIE… BASTA LES MANIPULATIONS DIABOLIQUES TIRÉES DES MANŒUVRES POLITICIENNES DILATOIRES…

            2017 EST L’ANNÉE DE LA LIBÉRATION TOTALE DU KONGO OCCUPÉ PAR LE TUTSI POWER. INGETA… AINSI SOIT-IL…

  6. Dans la politique c’est comme ça. Si tu fais du bien, on t’applaudie. Si tu fais mal, donc tu échoue, tu deviens l’objet de mépris et des moqueries.
    C’est comme ça avec notre Papa Tshisekedi Wa Mulumba, qui, depuis jadis, rêve toujours de devenir le Marechal Mobutu sese Seko Wa Zabanga. Mais il va d’échec en échec. C’est comme le « LISUMA. »
    Lorsque Papa Mobutu était devenu Chef, ses enfants étaient encore gamins. Mais pour Papa Tshisekedi, ses enfants sont des parents, donc, des gens, avec des responsabilités particulières.
    Papa Tshisekedi vient d’être roulé dans la farine de manioc périmée par son fils Joseph Kabila. Ça fait mal.
    Bon, du fait, acceptons l’inacceptable.
    1. Donc, « Le Veut-Bien-Président-Élu du Congo,» notre vieux-papa Tshisekedi Wa Mulumba va devenir le « Petit Ya Mu confia » du jeune talentueux Joseph Kabila pour contrôler le processus électoral, qui à la fin, que l’on veule ou pas, finira par déclarer Joseph Kabila comme vainqueur. Donc une manière de légaliser la 3eme fraude électorale de Kabila, aux faits.
    2. En guise de récompense, le petit, l’enfant de Papa Tshisekedi, sera sanctionné comme premier ministre, donc le « petit des Bitinda » donc le petit sympa « boy-garçon » de Kabila Joseph.
    3. Et Maman Marthe deviendra enfin l’habilleuse de Maman Olive, la première Dame du Zaïre.
    4. Moise Katumbi n’est pas assez intelligent, qu’il utilise son argent à des fins des corruptions au lieu de projeter des projets pour activer en militant la jeunesse congolaise. Donc il est condamné à échouer. De l’argent perdu. Car il est sot.

  7. NO FUTURE!
    LES IRRESPONSABLES COMME TENANTS DU POUVOIR AU CONGO!!!
    ——————————————————————————
    Incroyable mais vrai, la ville de Mbuji-Mayi “wa balengela, wa banjelu ni bansantu ” vient de reculer 50 ans en arrière. La population vit dans des conditions infrahumaines. Dans d’autres villes du monde où l’on extrait des diamants, tout est rayonnant et la population mène une bonne vie : elle mange trois fois par jour, on s’habille bien, les enfants sont bien éduqués et la justice est rendue en donne et due forme, mais curieusement à Mbuji-Mayi c’est le LIFELO.
    ——————————————–
    Pour arriver à son lieu de travail au pylône, un ingénieur parcourt 80km à l’aller et retour pour un salaire de 15.000 FC soit l’équivalent de 15$ le mois. Les ingénieurs de la MIBA sont incapables de payer convenablement les études de leurs enfants ni de les faire soigner. D’où, ils n’ont plus d’autres choix que de faire louer leurs maisons à des tiers, et de quelle manière ? Dans une villa de deux, trois ou quatre chambres, on y met des locataires dans les différentes chambres et tous utilisent le même salon, quel bordel?
    —————-
    Or, la MIBA n’a besoin que de 10 millions de dollars américains pour se relancer. Cependant, le Fonds de Promotion Pour I ‘industrie FPI en sigle a octroyé des crédits à des personnalités fictives reconnues de la majorité présidentielle de l’ordre de plusieurs millions de dollars américains. C’est une façon de soumettre la population de Mbuji-Mayi à l’esclavage économique.
    ———–
    Et le peu de diamants que la MIBA peut encore produire est volé avec la bénédiction du petit gouverneur dictateur Ngoyi Kasanji. C’est connu même des enfants à Mbuji-Mayi que c’est le gouverneur Ngoyi Kasanji qui martyrise et tue population de la ville de Mbuji-Mayi à petit feu.
    ———————————————–
    Son seul plaisir est de voir son équipe de Sanga Balende venir s’entraîner dans l’enceinte du Gouvernorat où, par son incapacité de construire la clôture, des chèvres en divagation percent les nattes qui font sa clôture afin d’aller brouter de l’herbe sauvage qui y pousse. Et ce, au vu et au su de tous ses travailleurs et de lui-même. La ville de Mbuji-Mayi wa banjelu ni bansantu se meurt.
    TALA KU MAMBA, TALA KUMANIMBA ! En vrais KINOIS !