Entêté par les chinois, Kabila décidé de rester au pouvoir à travers Shadary

  • 28200 Views
  • 6 Comment(s)
November 7, 2018 Yeba
Shares




Usage de la torture, refus explicite d’appliquer l’accord de la Saint-Sylvestre, maintien de la “machine à tricher” malgré l’importance du rejet populaire… Le régime de Kinshasa s’enfonce de plus en plus dans l’autoritarisme.

À sept semaines des élections présidentielle, législative nationale et législative provinciale en RdCongo, l’ONG britannique, Freedom from Torture, a accusé lundi le régime du président hors mandat Joseph Kabila d’“encourager tacitement et activement” la torture contre ses opposants politiques. L’association, qui se base sur les témoignages et examens médicaux de 74 Congolais réfugiés au Royaume uni, dénonce “un moyen de réduire au silence” pour “écraser la contestation”.

“L’oncle de Maman Sifa”

Ce durcissement du régime est lié à sa volonté de se maintenir au pouvoir. Près de deux ans après la fin de son dernier mandat légal, Joseph Kabila a renoncé à se re-présenter à l’élection, respectant ainsi la Constitution. Mais il a choisi personnellement son dauphin, l’ex-ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, bien qu’il fasse l’objet de sanctions internationales et jouisse d’une piètre popularité au Congo. Un théâtre de quartier populaire de Kinshasa plaisantait ainsi dernièrement, avec succès, sur la déception provoquée par cette nomination : “On attendait le Dauphin, on a vu une sardine !”.

À Kinshasa, des sources d’opposition expliquent le choix de M. Kabila par le fait que M. Ramazani Shadary serait “l’oncle de Maman Sifa”, mère du chef de l’État ; tous deux sont en tout cas de la même tribu, les Bangu Bangu du Maniema.

La décrispation n’aura pas lieu

Le régime avait passé le cap turbulent de son maintien au pouvoir après la fin du mandat Kabila, en signant un accord avec l’opposition, sous l’égide de l’Église : l’accord de la Saint-Sylvestre 2016. Il n’a cependant jamais respecté sa signature dans les faits.

Cette semaine, le ministre de la Communication Lambert Mende a même renié la promesse – faite au titre de mesure de “décrispation” – de libérer certains prisonniers politiques : “Les cas emblématiques, pour nous, ce sont des cas non libérables”.

L’accord évoque pourtant nommément plusieurs détenus politiques, notamment “Eugène Diomi Ndongala” – dont le Comité des droits de l’homme de l’Onu a exigé la “libération immédiate” en 2014 déjà – mais aussi “les cas emblématiques restants, à savoir MM. Moïse Katumbi Chapwé et Jean-Claude Muyambo”.

Vers des troubles post-électoraux

Enfin, le régime continue à imposer la machine à voter, récusée par l’opposition et une bonne partie de la société civile, qui y voient un outil pour une fraude massive. Ce seul rejet – qu’il soit ou non justifié – laisse présager d’importants conflits post-électoraux, voire des troubles.

Et plus encore s’il est justifié – une position soutenue par les précédents en matière d’utilisation de la machine à voter sud-coréenne de Miru System, qu’impose le régime de Kinshasa. L’utilisation de cette technologie aux législatives irakiennes du 12 mai dernier a donné lieu à des pannes, liées à la fourniture intermittente de courant, bien plus commune encore au Congo. Le manque de confiance créé par la machine a poussé le parlement de Bagdad à demander le recomptage de 11 millions de bulletins.

De son côté, l’Argentine a renoncé à utiliser la machine à voter de Miru System pour ses élections fédérales de 2016 en raison de son manque de fiabilité en matière de secret du vote, de transparence du système et d’assurance que les résultats ne sont pas manipulés. La section argentine de Transparency International souligne d’ailleurs que la Corée du Sud utilise le bulletin papier et non le vote électronique.

Des chercheurs argentins et le programmeur Javier Smaldone soulignent de leur côté les ressemblances entre la technologie refusée en Argentine et celle des prototypes déployés au Congo. M. Smaldone soupçonne que les machines refusées en Argentine ont été servies aux Congolais.


Autres Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

6 thoughts on “Entêté par les chinois, Kabila décidé de rester au pouvoir à travers Shadary”

  1. Kabila akokende oyo nionso eza caché na problème ya communauté internationale bazui échec na RDC po candidat na bango a échouer KATUMBI y compris mbangu babimiselaki BEMBA ameka ezui te eza pour la première na Afrique noir francophone communauté internationale a échouer ko imposer candidat na ye malgré ba pression ba sanction gel ya ba avoir ba refus ya visas tout ezui te clan ya pouvoir soudé ni coup d’état rien en plus pied de nez batié un dur comme dauphin aza pe na ba sanction SHADARY bakozala obliger ba coopérer na ye vu richesses ya pays soki a gagner ba perdant na affaire oyo ba Katumbi kalombo bakendaki vite sans ko étudier adversaire soki bazala calme bawelela te koyoka ba lobbies mindele te mais lelo Katumbi alingaki kozala dauphin bango croyant toza na époque mundele akotia ba chef d’état or monde ya lelo ba problème eza mingi crise terrorisme bino moko bobunda

    Eza victoire ya MP baza ba grand stratège croyant que fin ya Kabila eza fin ya majorité babimisi FCC eza comme idélogie Nationalisme panafricanisme non ingérence étrangères na RDC mingi bakoti yango pona idélogie balandi mbongo te ni kotata bilan ya majorité evandisi lisusu MP na pouvoir po bako taxé ba opposant ba valet imposé par ba occidentaux bakotisi yango na mitu ya batu malgré appui ya Mme KYENGE Italienne Congolaise député Europeenne soutien pour Katumbi ba conférence ba reunion mais ezui te y compris guerre interne entre ba opposant hypocrisie contre FELIX ba utiliser ba électeurs na ye UDPS aboyi bazala marche pieds ya Katumbi po soki SHADARY a gangné akobeta 5 ans il faut kobunda ekokoma difficile pona Katumbi na batu na ye

    Eloko communauté internationale babosanaki RDC baza na SADEC kolongola un chef d’état ya SADEC il faut aval ya bango nionso or SADEC baza soudé bazuaka ba dickta te comme CEDEAO na oeust Afrique ndenge basalaki Gbagbo na Côte d’ivoire Afrique Australe babima na main mise ya ba Européen yango tokomi ko vivre lelo
    POLITIQUE YA LELO EZA YA TANGU YA BA MOBUTU TE BA PAYS YA BRIC EBIMA EKOMA KO S’OPPOSER NA MINDELE TOKOMONA CLAIR NA FIN DECEMBRE

      1. @ jules junior bambeleke Nsonga Nzila

        Nasali analyse sans sentiment nayebi que pays eza bien gérer te komituna le pourquoi
        Kabila ayebi geo politique ya région koleka ba politicien mingi en plus ako profiter po toza uni te
        PONA NGAI TOLINGANI TE EZA PAYS FABRIQUER PAR BA BELGE TOZA PLUS COMPLEXE NA MUPAYA QUE NDEKO NA YO EXEMPLE BISO MOKO SOUS INFLUENCE YA BA ETRANGERS BELGE AMERICAIN TOBOMA LUMUMBA NDEKO NA BISO LA MEME CHOSE MZEE KABILA ABENGANI BA RWANDAIS AU LIEU KOSALA FRONT NA YE TOLANDI BA RWANDAIS TOZONGI NA BANGO EN TOTEKI YE
        MULUBA AKOTALA INTERET NA YE TSHILOMBO AZUA POUVOIR MUNGALA AKOTALA BEMBA KATANGAIS AKOMONA KATUMBI AZUA SEUL BAKONGO BAZA NEUTRE PO BAZANGA LEADER
        KI MOTEMA MABE NA BISO CONGOLAIS A KO PREFERER KO FAVORISER BA ETRANGERS MEME NA BA BUSINESS NA PAYS OKOZUA CREDIT INDIEN NA TAUX YA 5 % YO CONGOLAIS BATIELI YO 30 % Y COMPRIS BANQUIER ALIA NA KATI MAIS AKOLIA YA CHINOIS TE OU YA LIBANAIS
        RDC EZA KIBAMBALA ELOBA NE MUANDA NSEMI TALA BAKOKOKA KOBIMISA CANDIDAT COMMUN TE

  2. HUMMMM … KAKA BINO MOKO @KABILA AZA ZOBA, ABANGAKA BA DÉCIDEURS OCCIDENTAUX, IL N’ EST PAS SOUTENU, NE CONNAIT ET CONTRÔLE RIEN …
    LELO BO CHANGEZ MALOBA EKOMI: @KABILA, INTELLIGENT, FORT, DÉCIDE DE RESTER PAR ENTREMISE DE @RAMAZANI, @KABILA S’ ENTÊTE … ???
    KIE KIE KIE KIE KIE KIE KIE

  3. Écoutez:
    1. « Dieu avait envoyé les belges pour sauver les congolais de l’emprise de l’esclavagisme des arabes. Mais les congolais n’étaient pas assez matures, afin de comprendre ce bienfait. Des personnages obscurs avaient été inféodés, à travers le SATANA, dans la classe politico pseudo intellectuelle du Congo pour enfoncer le peuple dans le noir. »
    2. « Dieu avait envoyé Mobutu afin de stopper les bains de sang entre les congolais, dans le Kasaï, Katanga et Kisangani. Le peuple congolais, encore moins instruit, avait cru, qu’avec Mobutu nous étions tombés dans une récréation vicieuse. »
    3. « Dieu avait envoyé Laurent Désiré Kabila, qui fut embrouillé et assassiné par son odieux fils, Joseph Kabila, pour s’accaparer du pouvoir.. »
    4. Dès Joseph Kabila la situation congolaise ne fait que s’empirer avec des massacres par ci-par là.
    5. Dieu se demande, qui doit venir après Kabila ?
    C’est une équation à plusieurs inconnues !
    Kabila le sait très bien et ne va jamais laisser l’avenir de sa procréation entre les mains des individus comme Tshilombo ou Katumbi. Croyez-moi !

  4. AYAYA E EH, MOLUBA NDOKI! AYAYA EH EH MOLUBA MOTEKI KWANGA!

    MOLUBA, MOLUBA, NALOBAKI NA BINO : « MOLUBA AZA MOKOMBOSO »
    BONDIMAKA TE !
    Pendant que Le FCC tient à installer une dictature au pays le MOLUBA Bruno TSHIBALA ATEKELI RAMAZANI SHADARI MBUJI MAYI : FCC EBANDI CAMPAGNE NA KASSAI Après l’exploit du Stade Tata Raphaël à Kinshasa, c’est dans le stade « Kashala Bonzola », de Mbuji-Mayi que le Dauphin de Kabila a draîné des foules. PLIEN À PLEIN !
    AH BA MOLUBA ? BINO NDE BA NDOKI BOYÉ !