fbpx


Expertise militaire, Programme de défense au Congo : les fondamentaux

  • 35460 Views
  • 24 Comment(s)
May 7, 2018 Sepela / Yeba
Shares
Les membres de la Garde Civile entrain de s´exercer sur les rochers de Kota Koli




“Avant l´indépendance = après l´indépendance” dixit le général Janssen. L´alternance devrait signifier une vision innovatrice de la défense nationale au Congo. Récemment, deux leaders de l´opposition se sont exprimés sur les questions de la défense. Bien qu´ils ont eu des expressions que nous osons qualifier de “timide”, nous saluons cette prise de conscience qui implique que la nouvelle génération des hommes politiques congolais ne va plus “improviser” comme après la Table Ronde en 1960. Felix Tshisekedi qui disait que “l´UDPS compte introduire le service militaire pour tous les congolais á la fin de leurs études secondaires” et Katumbi qui pris le courage de parler “des conditions sociales” des policiers et militaires congolais” doivent-être encouragés dans cette voie. La survie de notre peuple est menacée par l´absence de l´Etat. Cette combinaison explosive des richesses minérales et de l´absence d´une armée nationale forte est sans doute la cause qui mettra fin á l´existence de la RDC comme État. Avec la collaboration de CONGOMIKILI, “GHOST” compte partager avec tous les congolais trois réflexions pendant ce mois de mai.
Dans “Les fondamentaux pour un programme de la défense”, nous allons aborder les exigences de base que tout programme militaire crédible devrait contenir.
Tandis que dans la réflexion “Combattre les milices armées”, nous allons tenter d´explorer les approches modernes appliquées en Afghanistan, en Colombie et en Irak afin de mettre au point un programme militaire d´urgence dont le futur président et son parlement peuvent tirer des enseignements.
À la fin de ce mois, nous allons aborder le facteur “éducation” où nous allons tenter d´explorer l´apport des universités congolaises dans un programme militaire visant á “alphabétiser” les membres de l´armée nationale.

Programme de défense au Congo : les fondamentaux.

> Infrastructures modernes.

La crédibilité pour tout programme de défense au Congo repose sur la construction des infrastructures et leur configuration en fonction des menaces potentielles. Depuis l´indépendance, tous les dirigeants congolais continuent á se contenter des infrastructures vétustes héritées de la Force Publique. Si vous observez attentivement la configuration des camps ou des casernes de l´armée au Congo, tous sont situés dans les villes et les cités. Ce que pour la Force Publique, la mission prioritaire était la répression de toute forme de révolte dans les cités et les villes de l´EIC. Pas surprenant que toutes les dictatures qui se succèdent ne font que recopier la configuration efficace pour la répression des manifestations politiques. 20 ans des guerres, des invasions par les pays voisins exigent de ceux qui aspirent á diriger le pays á revoir cette question des infrastructures. La RDC si vaste et si riches de ses ressources minérales ne peut plus continuer á dépendre des vielles bases militaires belges á Kamina ou Kitona. Au contraire, un programme de défense crédible devrait faire voir une innovation importante en termes de construction des nouvelles bases militaires dans les zones où les menaces sécuritaires sont très actuelles. Il s´agit de défendre le territoire national et les zones d´intérêts économiques. Les congolais souhaitent voir la construction des nouvelles infrastructures militaires dans les provinces de l´Ituri, les deux Kivu ou le Nord Katanga.

> Les équipements

La seconde exigence impose une visibilité réelle de la place de l´acquisition des équipements et des technologies militaires modernes dans tout programme militaire au Congo. Il est inconcevable qu´un pays qui possède autant des ressources minérales ne soit pas capable d´acquérir des systèmes d´arme moderne. La crédibilité d´un programme de défense repose sur l´ambition politique légitime de posséder une puissance de feu aérienne respectable, tout comme des systèmes d´artilleries très performantes sans oublier l´apport de la cyber défense pour rendre le renseignement militaire efficace. Continuer á croire que les militaires congolais peuvent assurer la défense du territoire congolais si vaste avec des simples fusils de guerre est une illusion destructive. Dans les armées occidentales contemporaines, le recrutement des membres de l´armée repose sur les capacités des infrastructures et la formation de ces militaires repose sur les équipements en service dans l´armée. Nous ne pouvons pas défendre le territoire congolais sans avion de combat, sans avion de transport, sans hélicoptère de transport ou d´attaque, sans avion ou drone pouvant assurer l´”ISR” (Intelligence, Surveillance and Reconnaissance) ou pire sans accéder aux satellites de communication.

> Le format de l´armée.

Parade par les instructeurs commandos de Kota Koli á l´occasion de la remise des brevets aux membres de la 1ère promotion de la Garde Civile

 

L´autre test de crédibilité repose sur le format de l´armée dans un programme de défense. Ceux qui vont assurer l´alternance vont hériter d´un chaos total. Ce que le nombre des membres de l´armée est “élastique” au Congo. Le recrutement s´effectue sur base “politique” où les membres des milices armées peuvent n´importe quand devenir des membres de l´armée nationale. Si un programme politique propose une acquisition des technologies militaires de pointe, le nombre des membres de l´armée doit absolument être limité. . Que faire des milliers des militaires pour une mission de surveillance des frontières quand un seul drone peut effectuer efficacement ce travail pendant des heures ? La RDC n´a pas besoin d´une armée de “masse” mais des militaires très bien équipés.

> La coopération en matière de défense est un test de crédibilité dans un programme de défense au Congo. Ceux des partis politiques qui ont fait une évaluation des programmes de l´UE (Europol et Eusec) savent d´avance que les dirigeants de la RDC sont responsables de l´échec de ces deux programmes pour n´avoir pas pris soin de dresser une liste des exigences techniques crédibles. La multiplication des accords en matière de défense n´a pas améliorée les capacités de l´armée. Il est temps de cesser les improvisations et la culture de l´absence d´évaluation dans ce domaine. Un programme de défense crédible doit informer concrètement les électeurs congolais du choix des pays dont le Congo a besoin pour soit acquérir les technologies militaires, soit signer des traités de défense afin de bénéficier de leurs expertises ou de leurs expériences. Un programme de défense devrait contenir le choix d´un “traité de défense” á la place d´une coopération militaire. Ce qu´un traité de défense offre plus des avantages car étalé sur des nombreuses années.

Source: GHOST Expert Militaire, et Analyste politique


Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

24 thoughts on “Expertise militaire, Programme de défense au Congo : les fondamentaux”

  1. PROGRAMME MILITAIRE, LE PLUS GRAND TEST POUR LES CANDIDATS…

    Tous ceux qui souhaitent devenir président de la RDC vont subir un TEST de crédibilité in live lol…
    Chacun doit démontrer aux congolais de quoi il est capable quand l´une des actions la plus importante au Congo consiste á stabiliser le pays sur le plan sécuritaire.

    Vous ne pouvez pas attirer les investissements, les capitaux ou les technologies sans donner des garanties sur la sécurité.
    La plus grande crise au Congo étant sécuritaire, les électeurs souhaitent entendre parler chaque organisation politique, chaque candidat.
    Diriger la RDC sans être capable d´expliquer comment vous comptez faire face á plus de 100 milices armées á l´Est, comment vous compter resoudre la question incontournable de l´absence d´une armée, comment vous allez faire face aux invasions du Rwanda et de l´Ouganda… Non, impossible.

    Le candidat crédible sera celui qui va combiner les propositions sur la gestion des ressources minerales et la gestion de la crise sécuritaire.

    1. TO SALA KAKA SÉPARATION DeS ÉTATS! NOUS EN VONS ASSEZ DE VIVRE AVEC LES MINERAIS SALES!
      LES KATANGAIS ET LES KASAIENS PEUVENT SE FOUTRE LEURS MINERAIS DANS LEURS CULS!

      1. Pardon RECTIFIKATION PARCE QUE FAUTE D’AUTOCORRECTION!
        To sala kaka séparation des Corps! Mutu akende nzela na ye! Nous, nous en avons marre de vivre avec vos minerais de la saletté!
        Que les Katangais et les Kasaïens puissent foutre leur Cobalt et Diamant dans leurs culs afin de les refroidir!
        Le Rwanda n’a pas de Diamant ni de Coltan ni cobalt mais il est devenu le premier producteur mondial.
        Peut-être nous en serons aussi comme le Rwanda sans les Baluba et les balukats!
        À eux qu’ ils continuent à bouffer leurs diamants et Cobalts et de s’entrebouffer comme les bouffeurs d’hommes de Kamwina Nsapu!!

        1. @jules.
          Laisse les populations riveraines des mines et des puits de pétrole tranquilles. Elle ne voient pas la couleur de l’argent des richesses pillées chez elles. Les entreprises extractives versent au trésor public congolais ce qu’elles veulent. En fait elles donnent une obole à la Présidence de la République, ça tombe dans les poches de Kabila et ses proches.
          Les populations riveraines des mines de cuivre et de cobalts au Katanga ,comme celle des mines d’or et de coltan aux Kivu vivent comme à l’âge de la pierre taillée. La ville pétrolière la plus pauvre au monde, c’est Mwanda, au Kongo Central.

  2. Bonsoir GHOST
    BRAVO ! BRAVO ! BRAVO !
    Je suis très content de lire finalement ton article sur la défense de notre pays dont tu avais évoquer succinctement dans un autre forum.Nous ne pouvons que féliciter CongoMikili qui à remplit 5/5 sa mission d’informer la masse congolaise en publiant cette article. J’espère que ceci servira ou donnera des idées à ceux et celles qui cherchent à prendre la destinée de notre pays pour nous conduire vers des avenirs meilleurs dont nous espérons incha’Allah !
    En tous cas nalingaki kaka na encourager yo parce que nasilisi kotanga article nayo kaka sik’oyo. Par contre même si je suis d’accord avec toi que l’on doit plus privilégier la qualité de nos militaires que la quantité.Je reste toujours persuadé qu’une formation basique et rudimentaire des jeunes congolais après leurs études comme le propose par exemple l’UDPS (Félix dans son discours à Ste Thérèse) est très utile sur plusieurs point…
    -Le service militaire tisse le lien entre les membres (groupe) qui sont en train d’être former dans cette voie,car le service militaire ressemble un peu à une initiation…
    En ce moment nous avons un problème sérieux, un fléau du passé qui à resurgit et qui est en train de ronger notre société surtout parmi ces énergumènes qui se disent “Combattant” et qui font beaucoup des bruits sur Youtube.Je veux parler du tribalisme qui prend de plus en plus de l’ampleur surtout ici en occident. Or soki ba jeune basangani esika moko pe bazo zua mua formation.eko construire bango na ndenge ya bien parce que armée est pronaka sens ya devoir pe sacrifice pour l’autre. Un bon marine par exemple n’abandonne jamais un autre marine blesser sur le champ de bataille. Donc soucis pe bolingo ya muninga ezalaka parmi ba valeur ya armée. J’espère que nionso oyo ekoki ko aider jeunesse congolaise oyo ekoya sima na biso pona bazala liboke.

    1. @EL-chaman!
      .
      Si les belges n’avaient jamais reussit à faire du congolais un bon militaire, comment ce “LIBUMU NDUNDA” de Felix tshilombo en arriverait avec sa petite cabauche et son gros nez à faire du Congo un État avec une armée republicaine?
      BOMA NTANGU!

      1. Jules Junior Bambeleke ne soit pas défaitiste.Tu confond les époques et tu vis dans le passé.Lorsque les Belges formaient les soldats congolais durant la colonisation,c’était plus dans le but de maintenir la paix à l’intérieure du territoire en matant la population locale qui
        avait l’audace de se révolter contre leur présence,ou qui refuser de payer l’impot.D’ailleurs notre expert GHOST l’a bien prouver lorsqu’il écrit :
        “Si vous observez attentivement la configuration des camps ou des casernes de l´armée au Congo, tous sont situés dans les villes et les cités. Ce que pour la Force Publique, la mission prioritaire était la répression de toute forme de révolte dans les cités et les villes de l´EIC.”
        Donc les Belges ne formaient pas le bon soldat pour la défense de la RDC mais pour la défense de leurs intérêts.Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui depuis que nous avons eu notre indépendance.Donc Félix Tshisekedi s’il ne change pas de cap et reste dans cette voie,il pourra faire des soldats congolais de très bon soldat.Relis encore l’article de GHOST à tête reposé et sans partie pris. Tu verra qu’il y a beaucoup de choses qui s’il est mis en action par le futur dirigeant fera de nos futur soldat de très bon militaire.

        1. @@El-Chaman!
          ———————-Mon cher!
          Rêver, rêver c’est bon et c’est gratuit. Les soldats congolais ne sont là, que pour voler, violer et détruire. Poltron de naissance, ils ne feront rien du tout. C’est du manque à gagner, les soldats congolais. J’évoque cela en circonstance de cause. Pour défendre sont Pays, on ne doit pas être soldat de carrière mais avoir été engendré avec l’esprit de soldat, donc être discipliné !!! Tshombé appelait notre armée « une troupe des scouts ! »
          Il faut des générations avec d’autres peuples, qui d’ici peu viendront nous remplacer.

          1. @jules junior…
            Un petit bémol à ce que tu dis.
            Depuis les indépendances de l’Afrique subsaharienne, le Congo détient le triste record des conflits armés. Nous sommes champions toutes catégories. Nous avons tout connu: guerres de sécession, rebellions, guerres d’invasions, guerres asymétriques. Nainu esili te. En tout, si ma mémoire ne me trahi pas,15 guerres, soit une moyenne 1 guerre tous les 4 ans.
            Dans une guerre, s’il n’y a pas des morts et des blessés, donc la guerre n’a pas eu lieu. Dans un conflit armé, il doit y avoir des morts et des blessés; avec comme conséquence des veuves, des orphelins et des handicapés. Ceux qui meurent au front, ce sont des jeunes. Leurs proches ne revendiquent rien; parce qu’ils ont signé le contrat: MAKILA NA BISO MPO NA EKOLO.
            Des fois ces handicapés font la manche sur les rues de nos villes et on les regarde de haut. Eux qui ont sacrifié leur vie pour sauver celle de du peuple. Réduire nos militaires seulement au vol, viol, extorsion…c’est excessif. Je ne nie pas les faits. Mais ils n’ont pas fait que ça. Il faut voir aussi dans quelles conditions il travaillent.

            Les généraux ont des ressources des stars de cinéma, des sportifs de haut niveau; les hommes de troupe vivent comme des clochards. Yango wana civil mozali elenga na soda. C’est vrai. Mais pas que ça. Sinon tu craches sur la mémoire des feux généraux : feu Léonard Mulamba, Homme de Bukavu(contre Jean Schram), feu Colonel Tshatshi ,l’Homme de Kisangani, feu Général Ikuku(Serpent de Rail,Shaba 1),le Major Donatien Mayele Lieko Bokungu, l’Homme de Kolowezi(Shaba 2),feu Général Mbuza Mabe, l’Homme de Bukavu(contre Mtebusi),feu Colonel Mamadou Ndala(contre M23) et feu Général Lucien Bauma….

    2. Pour éviter le tribalisme, il ne suffit pas d’amener les gens dans l’armée. Croyez vous que l’armée actuelle est exempte de tribalisme ? Vous êtes naïf, le tribalisme est un problème de société. La Belgique, état de droit certes est un pays par excellence tribaliste, cela ne l’empêche pas de concourir au bien-être de toute sa population. Moi quand j’ai terminé mes études secondaires à Kinshasa en 1985, je ne connaissais pas le tribalisme. Je l’ai vécu la 1ère fois en occident après la libéralisation politique opérée au pays et là tous les sectaires ont agi à visage découvert. Je pense que le parti unique avait annihilé ces pratiques. Raison pour laquelle je soutiens la Chine dans son obstination à refuser une multitude de partis politiques. Imaginez 600 partis dans un pays d’un milliard de citoyens, quel désordre ? L’école peut largement contribuer au vivre ensemble en bannissant le tribalisme que vous craignez mais que vous encouragez lorsque cela vous arrange.

      1. “…Et très utile sur plusieurs point” = c’est ce que j’avais écrit dans mon commentaire Makutu Lidjo.
        Je n’ai pas dit que la seule solution c’était l’armée,mais que cela pourra contribuer avec d’autres.

      2. Mais le plus important est :
        -Qu’est-ce-que tu pense de cette article Makutu Lidjo ?
        J’aimerais lire ton commentaire sur cette aspect de la défense du congo

        1. Je partage la préoccupation de notre compatriote expert militaire GHOST. Voilà ce que je peux dire à ce stade. Il a l’expertise qu’il faut pour nous éclairer nous les profanes dans le domaine militaire et sécuritaire.

  3. Toyebi soki ba jeunes babandi koyekola mosala ya sodat ba ONG ya droits de hommes soit disant bakoya kotongisa gouvernement mais bolanda bango te bazali ba escro

  4. Des déplacés internes signalés dans la région du lac Munkamba sur le territoire de Kabeya Kamwanga, au Kasaï-Oriental. Triste sort ! La plupart de ces déplacés en provenance du territoire de Dimbelenge au Kasaï central échappent devant l’apparition des cannibales de Kamuine Nsapu.

    1. Mister JULES

      Les belges ne voulaient pas faire quelque chose de bon pour les congolais !
      Les officiers belges de la Force Publique disaient que les “congolais, comme tous les noirs ne possedent pas assez de reflexe pour sauter en parachute”**

      Mobutu et ses amis dont Tshatshi…vont sauter en parachute en Israel quelques mois après l´indépendance pour démontrer aux Belges que les “afro-américains” de l´armée des USA qui avaient sautés en parachute pendant la seconde guerre mondiale en Europe n´étaient pas si differents des congolais !

      Kota Koli
      Si GHOST raconte le cursus de la formation “commando” á Kota Koli dispensée par les belges en comparaison avec la formation commando en Afrique du Sud, vous allez vite constater que la formation de Kota Koli était en “rabais”… Escalader les Rochers et faire des marches la nuit.. ce n´est pas cela la formation commando….
      Les Belges ont toujours été contre l´évolution des congolais et vont continuer á l´être !

      Le jour où les congolais vont se decider á former une armée républicaine forte, il ne faut jamais inclure la Belgique parmis les pays á inclure dans ce programme… Ba lingaka congolais a yekola te, a évoluer te… !

  5. QU’EST CE que ce GHOST connait de la defence militaire de la RDC parcequ’il est lui meme C”est un fatome, il ne connait pas la realite’ actuelle du monde.

    1. Lili makaku, si tu estime que GHOST ne connaît pas,,,,alors propose nous quelque chose en retour dans ce domaine toi qui connaît la réalité actuelle du monde. Mieux vaut okabola na biso ba lecteur ya CongoMikili mayele nayo na domaine oyo ya défense, au lieu yako critiquer sans raison mutu oyo asali. Mieux vaut o relevé pe olakisa biso ba faille ya GHOST oyo omoni na article, comme ça eko permettre batu bakende liboso.

    2. @ Lili

      Quand nous allons aborder les approches pour combattre les milices….nous allons tenter d´augmenter le niveau…en donnant des “réferences” academiques… kie kie

      Ezali po to lingi message etambola… nde to “doser” niveau… Connaissance oyo GHOST azali na ngo na matière ya défense, ezali “academique”.
      GHOST a meka ko publier ba articles sur défense oyo ezali na “Wikepedia” via site ya JJWondo..
      En bref, ezali lisolo ya “EGO” te, mwa moke to tie awa e zali po na ko salisa ba partis politiques ba banda ko elargir vision na ngo…
      To zali ko meka ko construire intelligence collective.
      To zo luka “poste” na armée te, poste na gouvernement te to poste na parti politique te..
      GHOST est “GHOST”, prenez les idées que nous apportons et nous souhaitons lire (aussi) vos idées, vos propositions…

  6. Lili makaku, si tu estime que GHOST ne connaît pas,,,,alors propose nous quelque chose en retour dans ce domaine toi qui connaît la réalité actuelle du monde. Mieux vaut okabola na biso ba lecteur ya CongoMikili mayele nayo na domaine oyo ya défense, au lieu yako critiquer sans raison mutu oyo asali. Mieux vaut o relevé pe olakisa biso ba faille ya GHOST oyo omoni na article, comme ça eko permettre batu bakende liboso.

  7. Le projet de FATSHI de donner une formation militaire à tous les finalistes du secondaire est difficile à réaliser, pour ne pas dire impossible.
    En 2018, ils sont 678.348 candidats aux examens d’Etat. Ce chiffre représente un peu plus que la population de la Ville de Bukavu, le double de celle de Kikwit,5 fois celle de Matadi. Le coût des infrastructures, du personnel d’encadrement, la logistique…Avec cet argent, on peut doter le chef-lieu de chaque territoire, si pas chaque de chaque secteur, d’un collège moderne.
    Moïse Katumbi parle de bien payer les militaires. C’est bien. Mais le plus grand scandale dans notre armée, c’est l’enrichissement sans cause des officiers généraux. Les généraux d’opérette des FARDC sont des dignes héritiers de leurs aînés des FAZ, en matière de course à l’enrichissement personnel. Les généraux des FAZ grossissaient les effectifs pour empocher le surplus; ceux des FARDC détournent carrément les soldes des hommes de troupe, même de ceux qui sont front.
    Nos généraux vivent dans une opulence insolente, les hommes de troupe, eux , croupissent dans une misère abjecte. Cela ne dérange personne au Congo. Alors personne!
    Le futur président de la République doit écarter de l’armée les généraux affairistes. On peut pas exercer à la fois le métier des armes et diriger ses affaires lucratives. Il y a incompatibilité entre les deux.

    1. @Nkolomabele

      La “Division Kamanyola” était en partie constituée avec des zairois qui avaient échoués á l´examen d´État…
      Nous avons eu l´un d´eux comme instructeur á Maluku… l´adjudant Pelengamo dont nous allons publier la photo était l´un des meilleurs instructeur de la Garde Civile,… il était specialiste en armement… Il nous avait enseigné le fonctionement de toutes les armes en service au Zaire…et en francais…En plus, il était le responsable pour les exercices de tir.
      La première promotion de la Garde Civile ne s´entrainait qu´avec des balles réelles..etil n´ya jamais eu un seul accident avec une arme… grâce aux connaissances efficaces de “Pélé”..

      Nous allons prendre sa réference comme base de l idée d´alphabetiser les membres de l´armée.
      La proposition de Felix est bonne, mais l´urgence au Congo est d´avoir une armée capable de faire la guerre… la circonscription devrait attendre pendant quelques années encore. Il nous faut des bases et casernes militaires capables de loger les membres de l´armée.

      LES GENERAUX ?

      le nombre des généraux dans l´armée au Congo depasse celui des généraux en France… Cette question est incontournable surtout dans l´option d´une armée très mobile… c´est un luxe…

      INVESTIR DANS L´ARMÉE ?

      C´est la grande question pour la survie de la RDC… Comment continuer á avoir une armée très faible sans équipement militaire, sans infrastructures militaires modernes. sans conditions de travail satisfaisante…
      La grande question est celle d´une investissement dans la défense du pays… Une question centrale pour tous les partis politiques et tous les congolais si nous voulons garder notre pays dans les frontières héritées de l´EIC