fbpx


Félicitation na bana Montréal, ba sungi Souza esclave congolaise na Koweit + témoignage ya Nancy

  • 39680 Views
  • 4 Comment(s)
July 11, 2018 Kamwa / Yeba
Shares

Félicitation na bana Montréal, ba sungi Souza esclave congolaise na Koweit + témoignage ya Nancy.








Autres Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

4 thoughts on “Félicitation na bana Montréal, ba sungi Souza esclave congolaise na Koweit + témoignage ya Nancy”

    1. Comment est ce le couple présidentiel censé protéger la population. ..jo kabila,sa femme et les membres du gouvernement sont allés Mbobero( un village à quelques kilomètres de Bukavu ) déloger la population de leurs terres, ils ont même détruit un hôpital moderne ( le fruit des efforts des médecins et investisseurs locaux )….
      Le couplé présidentiel a destitué la population de Mbobero de leurs terres, la population est sans maison, ni champs ni travail. ..Les enfants meurent de faim.
      Et dans tout ça là c’est silence total du côté des leaders de l’opposition en particulier ceux qui disent qu’ils ont le kivu.
      Donc des centaines de familles jetées dehors, sont abandonnée à eux -mêmes … Tout ça là à cause de la richesse de leur sol et sous sol. ..
      Et ici ce n’est pas la COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE ni Le RWANDA. ..mais c’est le COUPLE PRÉSIDENTIEL.

      1. C’est exactement ce que jo kabila et sa femme ont voulu faire chez les Kamwena Nsapu : déloger la population locale de leur terre. …Sans un plan d’exploitation de sol et sous la sol impliquant la population. …

  1. Moi, je dirais juste , merci beaucoup à notre frère qui a tout fait pour récupérer notre petite soeur. Ndeko na ngai, olakisi que oza na motema ya bolingo, ozali vraiment muana ya Kongo-ZAIRE. Tangu oyoki kaka que ndeko na yo ya muasi aza na situation difficile na mboka na bino, osali nioso pona au luka leki na yo. Je suis fier de toi, et nzambe ya ba koko na biso apambola vie na yo, ba succés na makambu nioso okosala na vie na yo. merci encore et ndengue ba koko na biso balobaka : « Kola usiama»