Yeba

Félix Tshisekedi va régner mais ne va pas gouverner, état de droit eko zala?

Shares





La Libre Afrique a interrogé le politologue Jean Omasombo, professeur à l’Université de Kinshasa et chercheur à l’Africa Museum de Tervuren (Belgique), sur les élections présidentielle et législatives nationale et provinciale, qui se sont tenues – dans un grand désordre – le 30 décembre en République démocratique du Congo. C’est Félix Tshisekedi, issu de l’opposition, qui a été déclaré vainqueur par la Ceni (Commission électorale nationale indépendante), un résultat dont l’Eglise a souligné qu’il ne correspond « pas aux données collectées par notre mission d’observation à partir des bureaux de vote et de dépouillement ».

LLA: Comment en est-on arrivé là, Professeur?

J.O.: L’équipe Kabila a d’abord joué la carte du dauphin désigné par Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, tout en préparant une deuxième carte dans l’opposition, Félix Tshisekedi. Dès septembre 2018, il y a eu deux tendances dans le camp Kabila. La première défendait l’idée qu’il fallait continuer à bloquer l’élection, afin que le chef de l’Etat demeure en place. La seconde insistait pour que les élections soient organisées parce qu’il n’y avait plus d’arguments pour les retarder encore et qu’on risquait l’explosion populaire et surtout le mécontentement de la communauté internationale; qu’on devrait les gagner puisqu’on contrôlait la Ceni. Cette tendance-là s’est ensuite fissurée en une branche qui voulait jouer Ramazani Shadary à fond et, une autre, qui jugeant ce dernier trop impopulaire (à cause du rejet de Kabila dans l’opinion) poussait à trouver une carte ailleurs, avec qui négocier pour garder une partie du pouvoir si les choses tournaient mal pour la majorité présidentielle. C’est pour cela que la candidature de Felix Tshisekedi n’a pas été invalidée, malgré ses problèmes de faux diplôme.

LLA: Pourquoi choisir Félix Tshisekedi pour jouer ce rôle?

J.O.: Jouer Moïse Katumbi (NDLR: dissident de la majorité présidentielle) était devenu trop difficile: il a détruit l’image de Kabila au Katanga, ce que ce dernier ne lui pardonne pas. Quant à Jean-Pierre Bemba (NDLR: ex-candidat malheureux contre Kabila à la présidentielle de 2006), il est d’un caractère brutal et Kabila ne pouvait compter sur celui qu’il avait poussé à l’exil en 2007, avant qu’il soit arrêté par la Cour pénale internationale, jugé et acquitté après 10 ans de prison à la Haye. C’estTshisekedi le plus fragile, d’autant qu’il n’a pas de ressources financières. Il avait déjà été plusieurs fois tenté de s’allier au camp Kabila – en 2016 et encore après la mort de son père Etienne Tshisekedi (2017).

Au départ, il aurait été prévu que le dauphin de Kabila l’emporte, suivi par Tshisekedi. Mais l’image de Kabila ne passe plus dans l’opinion, malgré les moyenscolossaux mis dans la campagne du dauphin Ramazani Shadari. D’où la solution ultime de faire passer Tshisekedi en tête, ce que Mobutu a toujours refusé de faireavec le père Tshisekedi – d’ailleurs moins conciliant. Joseph Kabila, lui, l’accepte, tout en gardant l’essentiel du pouvoir. Il le fait en suivant sa vieille tactique: en puisant là où il y a une base populaire.

Au Congo, il y a essentiellement deux partis: le Palu d’Antoine Gizenga et l’UDPS des Tshisekedi. En 2006, Joseph Kabila – à l’époque partiellement accepté par la population – a joué le Palu contre l’UDPS et a pris pour Premier ministre Gizenga puis Adophe Muzito. Après les élections de 2011, le Palu est resté un allié de Kabila mais il était affaibli à cause du grand âge de Gizenga et des divisions internes. Kabila a alors tenté de jouer seul, en poussant son parti, le PPRD, et en comptant sur les richesses qu’il avait accumulées. Il a voulu changer la Constitution et a pris un technocrate comme Premier ministre, Augustin Matata Mponyo. Mais les émeutes de janvier 2015 (ndlr: révolte populaire contre les projets de Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir au-delà de la fin de son dernier mandat légal, le 19 décembre 2016) ont cassé ce jeu.

Joseph Kabila change alors de schéma; son équipe cherche désormais la survie. Sous quelle forme? Il y a une phase de dispersion, durant laquelle il recherche despartenaires. L’UDPS, encore dirigée par Etienne Tshisekedi, hésite. Katumbi, plus rapide, accroche le père Tshisekedi en organisant la rencontre de Genval, en Belgique, pour unir l’opposition anti-Kabila sous la présidence du vieil opposant; cette unification relance la popularité d’Etienne Tshisekedi. Mais il meurt, en février 2017, disparition qui provoque une crise au sein de l’UDPS, dont Joseph Kabila profite pour tenter de débaucher tout le parti. Les négociations sont complexes à cause de disputes internes; le camp présidentiel finit par se rabattre sur Samy Badibanga et Bruno Tshibala, qui se succèderont comme Premier ministre du régime, en détournant l’Accord de la Saint-Sylvestre (NDLR: qui prolongeait la Présidence Kabila en échange de l’organisation, avec l’opposition, des élections dues), en partievidé de son contenu.

Aujourd’hui, apparemment, Joseph Kabila fait la même chose avec Tshisekedi: le nouveau chef de l’Etat règnera mais ne gouvernera pas. L’Assemblée nationale et le Sénat seront kabilistes, comme le gouvernement et l’armée. En outre, la famille Kabila est dans les principaux réseaux financiers. Le camp Kabila s’enkyste dans l’UDPS pour ne faire qu’un avec elle; ainsi va se perpétuer le contrôle du pays, installé durant les 18 ans de Présidence du chef de l’Etat sortant.

LLA: Cependant, Kabila a considérablement accru les pouvoirs du chef de l’Etat. Tshisekedi ne pourrait-il en profiter?

J.O: C’est exact. Mais le problème du Congo, c’est la différence entre ce qu’on dit et ce qu’on fait, entre le légal et le réel. C’est la volonté des individus tenant l’Etat qui domine. On vient encore de le voir avec ces élections: il y a eu vote, qui donne une orientation, mais c’est Joseph Kabila qui choisit le vainqueur. Comme je l’ai dit, les contacts entre l’équipe Kabila et Tshisekedi ont (re)commencé en septembre-octobre 2018; mais il était nécessaire que celui-ci conserve son image d’opposant. S’il avait été choisi comme candidat unique de l’opposition, le 11 novembre à Genève, il aurait peut-être été moins fragile, mais le marché avait déjà été passé avec le camp Kabila.

LLA: Le 11 novembre, c’est Martin Fayulu qui est choisi comme candidat unique…

J.O.: Oui. C’est Genève qui va créer Fayulu, mais il a aussi deux atouts. D’abord, il est originaire de l’ouest – qui a toujours été anti-Kabila – contrairement à ce dernier et à son dauphin, Ramazani Shadary; on sait que l’est du pays, après l’avoir soutenu en 2006, rejette aujourd’hui Kabila. Ensuite, Fayulu bénéficie d’une virginité politique – ce qui n’aurait pas été le cas de Moïse Katumbi ou Jean-Pierre Bemba. En revanche, il ne dispose pas, contrairement à Tshisekedi, d’un socle de militants fanatiques et il était inconnu de plus de 80% des Congolais. Si les électeurs ont majoritairement voté pour Fayulu – même à Limete, siège de l’UDPS à Kinshasa, c’est lui qui l’a emporté – c’est parce qu’il incarne l’anti-Kabila.

LLA: Tshisekedi ne peut prétendre à ce rôle?

J.O.: Sa volte-face après Genève (NDLR: il a rompu sa promesse d’appuyer le candidat unique désigné par l’opposition et s’est présenté de son côté, avec Vital Kamerhe) a beaucoup déplu à l’opinion, ainsi que son acceptation des machines à voter, surnommées par la population « machines à voler » [tricher]. Lors de la prise de fonction du nouvel archevêque de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, le 22 novembre, dans le grand stade des Martyrs, la foule chantait que Tshisekedi était « vendu » et qu’elle voterait Fayulu « par vengeance ».

LLA: Jeudi 10 janvier, c’est Félix Tshisekedi qui est proclamé par la Ceni vainqueur de la présidentielle…

J.O.: Oui. Joseph Kabila a accepté de se dissimuler sous un voile. Mais c’est le même contenu, la même composition; seule la forme change. On reste, en définitive, dans le schéma de ce que la presse zaïroise, pendant la transition sous Mobutu (1990-1997), appelait « les Baluba du Président ».

LLA: En quoi consiste-t-il?

J.O.: Les Baluba du Kasaï (NDLR: ethnie des Tshisekedi notamment), peuple réputé dynamique, jouissent d’une position favorable, au centre du pays, et surtout d’une forte démographie. Nombreux, ils sont éparpillés dans tout le Congo, avec une forte présence dans plusieurs provinces, dont le Katanga et, aujourd’hui, à Kinshasa. Mobutu, à chaque grosse difficulté, désignait l’un d’entre eux à un poste en vue – Premier ministre par exemple – afin de casser un éventuel mouvement d’opposition contre lui. Joseph Kabila fait la même chose: après la révolte populaire de janvier 2015, il désignera Samy Badibanga, puis Bruno Tshibala comme Premier ministre. Et aujourd’hui Félix Tshisekedi est « élu » à la Présidence.

Source:Libre Afrique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

38 thoughts on “Félix Tshisekedi va régner mais ne va pas gouverner, état de droit eko zala?”

  1. Kiekiekiekiekieke….., il ne sera même pas capable de libérer une souris de Makala, alors, état de droit eko bandela wapi? Trop de masolo ya molili! Je comprends pourquoi son père ne l’a jamais mis en avant du parti. Bilan: le règne de Kanambe continue, avec l’UDPS effacé du tableau, l’opposition laminée, le peuple congolais sacrifié pour des intérêts personnels comme jamais auparavant! Qui va intervenir? Mindele? Lol.

    1. Akeba pe na Zoé K; abeta atala te!
      Même ye meyi son “partenaire” Kabila est un grand colérique qui n’hésitera pas à le moléster dès le premier faux pas.

  2. @diatribe
    Nous voulons la vérité des urnes. Si Fatshi a réellement gagné, il ne peut avoir peur du recomptage PV par pv.
    Ces élections risquent d’être annulées et Fatshi en prison pour avoir déclaré un faux cv (faux diplôme).
    Beaucoup de gens oublient que les formulaires de dépôt de la candidature contient une page de déclaration solennelle des études faites, Fatshi a menti qu’il a un diplômé de graduant . C’est usage des faux.

    1. AHA MAYI DESOLE MAIS VOTRE CHEF LE TRAITRE FAYULU DISAIT TANTOT PAS DE MACHINE A VOLER ET MAINTENANT COMMENT IL A VOTE .DES CONTRADICTIONS C NE PLUS UNE MACHINE A VOLER JUSTE CETTE QUESTION.

      1. Vous avez mal compris la stratégie de Lamuka sur mav. Nanga voulait un vote électronique. (Avec comptage électronique pour manipuler discrètement les résultats avec plus de 7000000 d’électeurs fictifs), cach n’avait pas de problème avec votre électronique.
        En continuant la pression, Nanga était forcé à utiliser mav comme imprimante avec comptage manuel, c’est ce qui a retardé la plublication des résultats.
        Avoir Nanga revenir sur l’idée d’utiliser mav comme imprimante avec comptage manuel, c’était un gain de cause pour Lamuka ; sachant que dans une discussion, on ne gagné pas souvent à 100%, Lamuka était assuré, c’est pourquoi ils sont parti en vote.

        A quel niveau la fraude peut avoir lieu? C’est au moment des compilations de pvs, c’est plus probable.que Nanga avait falsifié ou produits d’autres pvs ou encore manipulé les chiffres.
        C’est ainsi que Mafa et Lamuka exigent recomptage pv contre pv, cela veut dire comparer les pvs utilisés par la Ceni au moment des compilations et ceux des témoins de candidats.

        Une chose vrai, JKK joue bien ses cartes, il fait tout pour éviter le soulèvement populaire tout en contrant le jeux.

        1. Un ajout
          —/-///////
          Je vois que certains appellent Mafa, un traitre, à mon avis, Genève a compliqué le calcul du fcc, parce que fcc était sur qu’à Fatshi allait être le candidat commun de l’opposition, comme ça fcc allait avoir Fatshi avec son faux diplôme ( Fausse déclaration des études faites).
          JKK peut détruire Fatshi n’importe quand avec son faux diplôme.

          Il fallait louer Dieu pour avoir Mafa comme candidat comme de l’opposition.
          Le changement s’appelle Martin Fayulu disait-il Fatshi.

  3. Dans l’état actuel des choses, les mindeles ne sont plus du jeu, selon Cash et FCC. Ils vont bosser avec les chinois. Attendons voir…

  4. La Libre Belgique? Ne perdez pas le temps avec ces libereaux belges et leurs allies Francais. Ils ont perdu le Congo et veulent plonger le pays dqans le chaos en utilisant les “imbeciles” comme Bemba qu’ils avaient fait libere pour besoin de cause. Tshisekedi est elu et va reellement diriger. La libre belgique devrait lire l Constitution de la RDC au lieu de debiter des inepties. Pendant 16 ans, cette diaspora aveugle s’est laissee trompee par Ngbanda. Pourquoi est-ele dans la discussion d’une ele ction avec les *occupants*? Elle ferait mieux de rester dans sa logique de** les *occupants* et d’organiser ses elections a elle. Ngbanda ne disait-il pas que Katumbi est etranger? Alors qu’est-ce qui a change? Tribalisme avilissant. Curieusement, ce sont des bourriques comme Boketshu et Balia Ngando et autres qui parlent du Congo sur les reseaux sociaux. Je rappelle a J.P. Bemba que son pere, Jeannot, alors ministre de l’Economie sous L.D. Kabila, _que lui Bemba combattait avec les “occupants” Ougandais dont le President Museveni est ami de Ngbanda – disait: ” Je ne comprend pas les Congolais, on vlous donne la main et vous reclamez tout le bras”. Et a Felix Wazekwa de rappeler dans ” Okeyi Wapi” :” Mutu aza deja libanda mais bozo bengana ye”. Comment Kabila peut-il vous faire peur meme quand il est hors pouvoir? Bemba n’a jamais sieger au Senat mais il a touche des millions de dollar pour toute la legiuslature et sa prolongation. Un vrai voleur qui a recolte ce qu’il n’a jamais seme.

  5. Dear friends keep your calm, wait and see. Mes amis gardez votre calme, attendez et vous verrez. En Afrique la majorité parlementaire se constitue toujours autour de celui qui est au commande du pays. Le FCC va se disloqué et une nouvelle majorité se verra avec Cash.

    1. Cela serait possible si Fatshi n’est pas nommé par Kabila et qu’il y a équilibre de nombre des députés gagnés par regroupement . L’état de droit va commencer par arrêter d’abord Fatshi à cause de l’usage de faux.

      Voici l’immaturité et manque d’expérience de Fatshi :
      La cohabitation se fait toujours avant les élections et après les résultats définitifs des élections. Chose étrange, l’udps a choisit son nouveau partenaire JKK ( Père de la démocratie selon Fatshi) avant la publication des résultats,, du jamais vu au monde.

    2. David Ngana.
      En principe,la fissure du FCC n’est pas possible. La loi interdit à un député de quitter le parti ou le regroupement politique dans lequel il a été élu pour adhérer à une autre formation politique,.pendant l’exercice de son mandat.S’il le fait,il quitte le parlement. La plupart de ces élus sont des pauvres. Vous voyez un chômeur à délai indéterminé,un professeur du secondaire qui avait un salaire 100$,laisser ses émoluments? 6000$,c’est pas rien.

      Tshilombo ne bougera pas. Il n’est pas là pour appliquer le projet de l’UDPS,mais celui du FCC. Les talibans ne lirons jamais l’interview de ce professeur.

  6. Je glorifie Dieu que Fayulu ne soit pas président, ça lui permet de garder sa renommée intacte. Si j’étais proche de Fayulu ou si Fayulu pourrait me lire, je lui dirai : n’introduis même pas de recours auprès de la cour constitutionnelle ou retire ton recours si tu l’as déjà introduit. Tika bango ba potana na ba Jeannette Kabila na ba Zoe Kabila na parlement. Ce médiocre peuple congolais ne mérite rien de bon. Felix avait signé son opprobre et la fin de sa carrière politique par le retrait de sa signature à Genève, ce va le rattraper très très très bientôt. Laisse-le, Il sera un president en carton plus que Kasavubu, sans voir l’argent dans la caisse, sans réaliser aucun projet; et puis Kabila ne va même pas attendre 2023 pour revenir au pouvoir. Kabila va procéder comme bon lui semble, il sait déjà que l’Occident peut parler mais ne lui fera rien, que seul le peuple peut se libérer (peut être aidé par la communauté internationale sil y a trop de tueries). Mais quand le même peuple accepte la médiocrité sans rien dire, laisse-le.

  7. Eza ndenge moko ata soki Fayulu azuaki élection oyo abime président ya Congo
    Soki bolingi Kabila akende na système naye il faut kobengana ye na Minduki mais soki na ndenge ya ba election il bo yeba que pouvoir ekozala toujours partagé eza bongo na démocratie
    Ata awa na ba mindele ndenge moko kaka
    Fayulu ayebisa ba Européen bapesa ye Minduki asala rébellion na Congo comme ça tokobengana les Kabilies facilement

  8. Faux et faux.vous oubiez que le Fcc a remporte les legislatives.donc etant majoritaire,ils formeront le gvt,et ils dirigerons le parlement et le senat.Meme si Fayulu,le candidat des occindentaux remporte les elections,il sera ausse figurant .

  9. Congomikili teya bato mpo bayeba Felix ateki rdc te.mpo nakokoma premier ministre mpe koformer gouvernement,il faut kogagner na parlement.or fayulu na lamuka balongi te na parlement,donc fayulu mpe akozala figurant.batika kosala ba marche soki balingi vrai changement,esengeli bakita kin mpo na soulevement populaire.Lamuka aza koloba pamba,bazui majorite te na parlement.

    1. Fatshi a trahi pour son intérêt, alors nous voulons le changement au pays.
      JKK et Fatshi ont volé les congolais leur victoire. JKK est le voleur le plus fort qui contrôle le territoire et distribue les biens volés et Fatshi est le voleur le plus faible contrôlé par son maître JKK. Si Mafa et Lamuka exigent le recomptage pv par pv à tous les niveaux des élections parce qu’ils sont sûr que Mafa a gagné largement et Lamuka ont la majorité.
      C’est très souvent le groupe qui gagné la présidentielle, gagné aussi la majorité surtout que le fcc ont été vomis par la population congolaise dans son ensemble.

      Cach ne revendiqué pas le recomptage des députés parce que Fatshi est nommé président par JKK. C’est une histoire de deux voleurs qui se protègent.

  10. Ba congolais ebele batangaka constitution te,yango wana baza kokanisa felix ateki rdc.
    Boyebi papa moliere,batu bavoter mpe muana na ye,bavoter ye mpo na nini ba voter ye,bavoter ye mpi ye nde alobelaka peuple.papa moliere na muana na ye bapostuler coe ba candidat ya afdc ya Bahati Lukuebo.or aza moto ya Fcc.donc leon Nembelemba na muana na ye,baza bato ya fcc.ba voix oyo bato bapesi bango,ekeyi na fcc,yango wana nde bazui majorite na parlement,sikoyo Felix ateki mboka wapi.

  11. Pourquoi diaspora boza ko informer bato malamu te,boza kokosa batu,kamerhe akozala 1er ministre,mpo cach azui majorite te na parlement.meme pour lamuka,Muzito to Bemba bakokaki kokoma na poste ya 1er ministre te,mpo bazui majorite te.

  12. ” Il avait déjà été plusieurs fois tenté de s’allier au camp Kabila – en 2016 et encore après la mort de son père Etienne Tshisekedi (2017).” , dixit Prof. Omasombo

    No Comment

    1. DITES-NOUS COMMENT PAR QUEL MOYEN FAYULU ALLAIT AVOIR LA MAJORITE PARLEMENTAIRE SI C,ETAIT LUI QUI ETAIT GAGNANT………………………………………….PONT D,INTERRO………………………………..

  13. Je démande l´annulation des éléctions. je ne suis pas un politicien où membre d´un parti politique, mais en faisant l´analyse de faits, j´ose croire que C´est fayulu qui à gagné. j´aime felix mais la maniére dont il à était proclamé président est flou. cette tricherie à grande échelle ne garantie pas les éléctions.au maniema parexemples les preuves sont là pour la députation nationale, approuivé par les témoins et observateurs, mais hèlas les vainqueurs s qui sont affichés sur la liste ne sont que des kabiliste qui siégé avant dans l´assemblé provinciale, donc le but de cetzte tricherie était d´obtenir la majorité au parlement pour bloqué le soi disant president. et felix doit faire attention avec les Kabiliste. pcq il se trouve entre les mains des démons. la suite vous la connaissez…. wait and see. Bref je crois que Fayulu à raison.

  14. Martín Fayulu son parti politique Ecide n’a obtenu aucun député national, zéro député provincial si celui qui était proclamé vainqueur expliquez nous comment il pourrait gouverner seul sans cohabitation.

  15. La république bananière du Congo a officialisé l’occupation et le pillage du Congo en nommant un président protocolaire et les députés de FCC.

  16. Chers Compatriotes,
    Il est encore tôt pour affirmer ce qui est ici allégué. Voyons d’abord la prestation de serment,, la passation de pouvoir et la présentation du gouvernement, le discours devant le parlement sur l’état de la nation. Pour l’instant tout ce que nous disons, même si c’est fondé sur l’histoire, c’est de la spéculation. Alors, que prévoyons-nous si jamais une tendance pressentie s’annonce ? Que Dieu nous vienne en aide.

  17. LA PRESTATION DU SERMENT
    LE RETOUR DU CORPS DE TSHISEKEDI
    2019 L’ANNE DE LA RD CONGO.
    BA EVENEMENTS YA KAFU KAFU.
    BOTIKA KOLOTA.

Pricing Plan

PLAN VISIBILITÉ:

60$/MOIS 2$/JOUR

Post will come on top every 7 days in the category boosted

MAX VISIBILITÉ:

200$/MOIS

Post will come on top every 3 days in the category boosted

WITHOUT PLAN

5$/3days:

Bump up without plan