HISTOIRE VRAIE: Bindima ndima Fête epesi ndeko muasi cadeau ya ZEMI

  • 20750 Views
  • 5 Comment(s)
April 21, 2017 Yeba
Shares

HISTOIRE VRAIE: Bindima ndima Fête epesi ndeko muasi cadeau ya ZEMI.








Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

5 thoughts on “HISTOIRE VRAIE: Bindima ndima Fête epesi ndeko muasi cadeau ya ZEMI”

  1. LE PAYS NATION KONGO DES BANTOUS EST OCCUPE PAR LE TUTSI POWER. LA DEMOCRATIE, LES VILLES MORTES, LES MARCHES PACIFIQUES, LES PRESSIONS INTERNATIONATIONALES NE SUFFISENT PLUS. QUE LE PEUPLE KONGO SOUVERAIN PRIMAIRE SE PRENNENT REELLEMENT EN CHARGE POUR UN SOULEVEMENT POPULAIRE EBOULEMENT FINAL…

    LU POUR LES VRAIS KONGOLAIS. Abandonnez les «villes mortes», et décrétez les «institutions mortes» !

    Notre pays, la République Démocratique du Congo, le grand Congo, jadis fierté et espoir de toute l’Afrique noire, est devenue aux yeux des Africains et du reste du monde l’objet de moquerie et de mépris pour les uns, et l’objet de colère et d’indignation pour les autres. Nous sommes revenus à cette époque-là des années 1964, où le néologisme politique de «congolisation» était synonyme de «désordre» et de «médiocrité» !

    Et voilà que 60 ans après, notre pays et notre élite politique viennent de renouer avec ces épithètes de la honte. Aujourd’hui, la RDC est proclamée «capitale du viol». La classe politique congolaise tient aujourd’hui la tête d’affiche du hit parade de la médiocrité, de la corruption, de la versatilité politique, de l’opportunisme, de la cupidité, de la malhonnêteté et de l’immoralité. Nous sommes devenus la risée et la honte de toute l’Afrique !

    Nous offrons aujourd’hui au monde, un tableau politique ubuesque où personne n’arrive à comprendre comment un si vaste pays à la dimension continental, avec un grand peuple et une élite des plus érudites d’Afrique,  comment ce pays-là parvient-il à se faire malmener par ces petits pays voisins qui hier, vivaient suspendus à ses basques ?  La raison n’est autre que la qualité de l’élite politique congolaise. Car, si le Congo est devenu aujourd’hui une «terra nullius» où ses voisins entrent et sortent comme ils veulent, pillent, volent, violent et chassent les congolais de leurs terres sans aucune réaction, c’est à cause de irresponsabilité, de l’inconscience, de la cupidité, de la corruptibilité, bref, de la médiocrité qui sont devenues presque la marque déposée l’élite politique congolaise.
    Et par-dessus tout cela, le mensonge, oui, le mensonge est devenu la vertu, que dis-je, l’arme politique par excellence des hommes politiques congolais. Au courant de l’année 2016, lorsque les leaders politiques de l’opposition congolaise ont mobilisé le peuple deux fois, en septembre et en décembre, prétendant présenter à Hyppolite Kanambe, alias Joseph Kabila, d’abord le carton jaune et en suite le carton rouge pour l’expulser du terrain politique en RDC parce qu’il arrivait à la fin de son mandat, ces hommes politiques savaient bien qu’ils mentaient au peuple congolais qu’ils envoyaient cyniquement à la mort ! Car ils savaient bien qu’ils avaient déjà signé en catimini, quelques mois auparavant, des accords secrets  avec le même imposteur «Kabila» à Ibiza, à Bruxelles et à Paris pour lui accorder ce qu’ils ont inventé et appelé «glissement» en RDC! Et en contrepartie, Kanambe acceptait de partager le pouvoir avec eux. Il l’a d’ailleurs reconnu publiquement lors de son discours devant le congrès. Et aucune voix ne s’est levée dans l’opposition pour le contredire. Aucune vidéo n’a été lancée dans les réseaux sociaux pour l’injurier, comme ce fut le cas lorsque j’avais en son temps dénoncé ces mêmes accords secrets.

    Mais en choisissant d’appeler « glissement » cette période de fraude et de compromission avec l’ennemi du peuple congolais, ces hommes politiques, de l’opposition comme de la majorité,  devraient savoir que les mots portent en eux la charge spirituelle de leur signification! Et aucun homme, ni aucun gouvernement qui glisse ne saurait demeurer stable et ferme! Ils se sont donc condamnés à vivre une bonne période d’instabilité et de confusion durant leur «glissement» !

    Mais aujourd’hui, je ne m’adresse pas aux hommes politiques congolais qui ont vendu leur âme au Diable. Je ne m’adresse pas à ceux qui ont choisi de sacrifier leur pays, leur peuple, leur dignité et leur postérité à l’autel de leurs intérêts égoïstes. Je ne m’adresse pas à ceux qui ont volontairement choisi de collaborer avec les assaillants qui ont agressé notre pays et qui œuvrent chaque jour pour sa balkanisation.

    Mais je m’adresse uniquement à ceux des politiciens congolais qui prétendent s’opposer à ce régime d’occupation et de prédation au pouvoir à Kinshasa depuis 21 ans. Car, à entendre leurs discours, ils proclament tous, urbi et orbi, la main sur le cœur, qu’ils se battent « pour l’intérêt du peuple congolais» ! Des slogans pompeux du genre « Le peuple d’abord ! » sont lancés à tout bout de champ pour entuber les masses populaires souvent très naïves.

    Lorsque les hommes politiques s’enferment durant des mois dans des prétendus  dialogues pour trouver des solutions à la crise politique, la vérité est qu’ils passent plutôt des nuits entières à s’entredéchirer comme des loups, pour se partager le pouvoir, dans le seul but de s’en mettre pleins les poches.

    Le fond du drame est que la politique est devenue la seule entreprise viable et rentable en République Démocratique du Congo. Et tout le monde se bouscule au portail du PDG « Kabila » pour se faire embaucher !

    Pendant ce temps, l’ennemi, lui, massacre nos populations à Goma, Bunia, Beni, Kisangani, Kinshasa, Matadi, Lubumbashi, Kananga, Tshimbulu…et j’en passe ! Il tue nos chefs coutumiers et chasse nos populations dans les forêts pour les remplacer par des populations allochtones du Rwanda et de l’Ouganda. Des dizaines de charniers avec des centaines de cadavres des congolais sont découverts chaque jour sans que cela n’émeuve personne au sein de la classe politique congolaise !

    Et c’est seulement lorsque Hyppolite Kanambe, alias «Joseph Kabila», leur retire le beefsteak de la bouche que nos hommes politiques se souviennent enfin du peuple congolais, mais dans le but de se servir de lui, comme d’un simple épouvantail, pour exercer la pression sur «Joseph Kabila» afin qu’il leur cède un morceau de pouvoir ! Et l’arme fatale que les hommes politiques congolais semblent avoir découverte ces derniers temps s’appelle «ville morte» !

    Mais je me pose la question suivante : comment peuvent-ils échouer lorsque qu’ils organisent des opérations «villes mortes» dans un pays déjà mort ?

    Pour ma part, je trouve ces opérations « villes mortes » plutôt cynique, voire  cruelle et inhumaine. Car je me demande comment des hommes responsables peuvent-ils décréter successivement des opérations «villes mortes» pour un peuple dont les familles mangent par délestage, se soignent par délestage, s’éclairent par délestage, et dont les enfants étudient même par délestage…. ? La seule chose qui ne subit pas la loi du délestage en RDC, on le sait, c’est la mort !

    1. Voilà pourquoi je me suis résolu à m’adresser ce jour à mes frères et sœurs de l’opposition politique congolaise pour leur formuler une suggestion que je présente, sous forme d’appel ou mieux, d’un défi que je leur lance fraternellement :

      -Si tant est que vous êtes réellement sincères avec le peuple congolais que vous proclamez chaque jour être au cœur de vos préoccupations et de votre combat politique ;
      -S’il est vrai que vous reconnaissez sincèrement, comme l’a déclaré le président de la CENCO, Monseigneur Utembi, devant le Conseil de Sécurité de l’ONU à New York, qu’après les échecs successifs de vos dialogues de la cité de l’Union africaine et du Centre interdiocésain de Lindonge, toutes les institutions politiques en RDC ne sont plus légitimes,
      -Si vous avez réellement la ferme volonté de débarrasser le peuple congolais du régime sanguinaire d’occupation en place à Kinshasa et de le proscrire publiquement devant la communauté internationale ;
      -Et parce que vous nous déclarez chaque fois que vous avez choisi de combattre ce régime d’occupation à l’intérieur pour le détruire du dedans ;
      Alors je vous dis : chiche ! Je prends le peuple congolais à témoins, et je vous demande d’abord d’abandonner vos opérations fallacieuses des «Villes mortes», et de décréter plutôt à la place, une grande opération «institutions mortes» en République Démocratique du Congo et cela, jusqu’à la chute du régime sanguinaire de «Kabila», suivi du départ définitif des toutes les personnes étrangères, civiles et militaires,  qui ont infiltré les  institutions de la République ! 

      Pour être plus clair, je vous invite à démissionner de toutes les fonctions officielles que vous exercez au sein des institutions politiques et judiciaires du pays : Présidence, Parlement, Sénat, Gouvernement, Entreprises et Justice !         

      Ce geste, à lui tout seul, est capable d’arrêter à court terme, la machine infernale de l’occupation, et faire tomber le régime d’occupation en place à Kinshasa, avec l’appui du peuple congolais tout entier : sa jeunesse, son Armée et sa Police…. Je précise ici que nous ne décrétons aucune opération contre les peuples des 9 pays voisins qui nous entourent. Loin s’en faut ! Nous voulons seulement nous débarrasser des lobbies maffieux et des réseaux civils et militaires qui ont infiltré nos institutions et menacent l’intégrité de notre territoire national.

      1. C’est à ce prix, et à ce prix seulement, que notre élite politique recouvrera la confiance perdue de son peuple. C’est à ce prix qu’il permettra au peuple congolais, le souverain primaire, de se lever à l’unisson pour exiger l’émergence d’un Etat de droit et d’un pouvoir congolais réellement authentique, souverain et juste !

        Et c’est alors que la classe politique congolaise pourra s’atteler à organiser d’abord un recensement pour identifier tous les citoyens congolais, afin de permettre l’organisation des élections réellement démocratiques pour jeter les bases du développement intégral de notre beau et grand pays.

        C’est pour cette raison que je termine en m’adressant au peuple congolais, au souverain primaire, aux militants de base de toutes les formations politiques de la République. Quelles que soient vos divergences internes, vos convictions idéologiques ou religieuses, je vous demande de mettre vos leaders politiques à l’épreuve pour savoir s’ils se battent réellement pour vous et pour notre mère patrie, la RDC. Je vous demande donc, dans la situation de chaos et de confusion dans laquelle nous sommes plongés actuellement, d’exiger de tous vos leaders politiques de démissionner de toutes les fonctions qu’ils occupent au sein des institutions qu’eux-mêmes ont déclarées illégitimes ! 

        Car l’occasion est là ! Saisissons-la ! Si tous les politiciens congolais qui aiment leur pays démissionnent en bloc aujourd’hui de toutes les institutions déclarées illégitimes, toute la machine politique s’arrêtera ! Le Parlement, le Sénat, le Gouvernement ne sauront plus fonctionner. Et la Communauté internationale n’y pourra rien ! Car le pays sera totalement paralysé. 

        Et la classe politique congolaise de l’opposition aura ainsi le mérite d’avoir contribué à ouvrir le chemin au souverain primaire pour une action populaire devant le conduire au recouvrement de sa souveraineté perdue.

        J’espère que vous relèverez ce défi.  Que Dieu bénisse le Congo ! Ingeta ! Honoré Ngbanda (Apareco)

        VIVE LE SOULEVEMENT POPULAIRE EBOULEMENT FINAL COMME UN SECOND 04 JANVIER 1959 CAR LE COLON BELGE FUT PLUS FORT QUE L’OCCUPANT TUTSI POWER. 2017 EST L’ANNEE DE L’IDENTIFICATION NATIONALE ET DE LA LIBERATION TOTALE DU KONGO OCCUPE PAR LE TUTSI POWER. LE FANATISME AVEUGLE EST UNE FORME D’ESCLAVAGISME MENTAL. LA LUTTA CONTINUA. LA VICTORIA E CERTA. INGETA

  2. KIEKKKKKKKKKKKKKKKK Est ce que na histoire oyo occupation ewuti wapi? Botika lukuta ta occupation tango nionso.Lisolo ezanga tina.