Kabila a tche ba multinationales contre mur, et multiplie la taxe du cobalt par 5, ba combattants bo lobi nini?

  • 28240 Views
  • 6 Comment(s)
March 12, 2018 Yeba
Shares




L’intense campagne de lobbying des multinationales n’y a rien fait: le président Joseph Kabila a bien promulgué le nouveau code minier qui doit multiplier par cinq la taxe sur le cobalt pour officiellement rapporter des ressources fiscales à la République démocratique du Congo.

En l’échange, le président congolais, très critiqué par l’opposition, l’église et la société civile pour son maintien au pouvoir, a promis une « concertation » dans l’application de la loi pour calmer les inquiétudes des entreprises.

Le taux de la redevance sur le cobalt, dont la RDC a fourni les 2/3 de la demande mondiale en 2017, va passer de 2 à 10% si un décret du Premier ministre classe ce minerai rare indisensable aux batteries nouvelle génération des voitures électriques parmi les « substances stratégiques » – ce dont personne ne doute.

Juste avant la promulgation, le prix du cobalt a battu un nouveau record à la bourse des métaux de Londres, à 84.000 dollars la tonne vendredi en clôture.

« Une valeur d’environ 10 milliards de dollars de cuivre et de cobalt est exportée chaque année de la RDC et un effort sans précédent de lobbyng est attendu de la part du secteur minier pour tenter de faire changer d’avis le président Kabila », prédisait à raison le courtier britannique Darton commoditiers dans son rapport annuel en février.

Cette bataille de lobbying a connu son point culminant jeudi, quand le président Kabila a reçu pendant plusieurs heures sept entreprises minières, parmi lesquelles Glencore, Rangold et Ivanhoé.

Outre la taxe sur le cobalt, ces entreprises qui exploitent les richesses du sous-sol congolais sous le régime très libéral du code de 2002 redoutent d’autres nouvelles dispositions: une taxe sur les super-profits et la fin d’une clause de stabilité des contrats de dix ans.

Au terme de cette bataille de lobbying aussi intense que discrète et opaque, les miniers n’ont pas obtenu le rééxamen du texte qu’ils souhaitaient, juste un « dialogue constructif avec le gouvernement autour des mesures d’application de la présente loi » selon le communiqué présidentiel.

Face aux lobbies, le président Kabila a compté sur le soutien sans faille d’un des hommes forts du régime, le patron de la société minière publique Générale des carrières et des mines (Gécamines), Albert Yuma. Des miniers ont espéré en vain que le ministre des Mines, Martin Kwabelulu, obtienne une nouvelle lecture du code au Parlement.

Le nouveau code doit « rapporter à l’Etat des recettes substantielles pour son développement économique et social », proclame le communiqué de la présidence.

Des revendications fiscales somme toutes légitimes: deuxième plus grand pays d’Afrique (2,3 millions de km2 et 70 à 90 millions d’habitants), la RDC dispose pour 2018 d’un budget d’à peine cinq milliards de dollars pour ses besoins titanesques (éducation, santé, infrastructures, sécurité…sans parler du coût des élections prévues le 23 décembre 2018).

Cinq milliars de dollars? C’est moins que le budget d’une ville comme Paris (deux millions d’habitants).

Pays pauvre, la RDC est pourtant souvent qualifié de « scandale » d’abondance géologique avec le cuivre et le cobalt du Katanga, le coltan du Kivu, les diamants du Kasaï…

Adopté en pleine guerre du Congo, le précédent code de 2002 avait pour mission principale d’attirer et de rassurer les investisseurs, avec des facilités dans l’octroi des droits et le régime fiscal.

La promulgation du nouveau code est présenté comme une victoire patriotique et politique par les partisans du président Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin en décembre 2016.

« Le président exprime la volonté et l’intérêt du peuple congolais », écrit sur Twitter un conseiller du président, Jean-Claude Mwewa, qui ironise sur le « lourd silence » des opposants.

D’autres doutent que le code n’allège vraiment la souffrance de millions de Congolais: « Un nouveau code minier (…) ne mettra pas fin à la prédation de nos ressources minières. Les multinationales et le régime #Kabila se disputent chacun leurs intérêts, pas ceux du peuple congolais. Deux camps prédateurs se disputant le butin du #Congo! », a dénoncé sur son compte Twitter le mouvement citoyen Lucha.

En juillet, l’ONG britannique Global Witness avait qualifié le secteur minier congolais de « distributeur automatique de billets » pour le régime de Joseph Kabila. Début novembre, une ONG américaine, le Centre Carter, avait estimé que 750 millions de dollars n’avaient pu être retracés de « manière fiable » dans la comptabilité de la société d’Etat Gécamines. « Une idiotie, un mensonge », avait réagi son PDG, M. Yuma.


Autres Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

6 thoughts on “Kabila a tche ba multinationales contre mur, et multiplie la taxe du cobalt par 5, ba combattants bo lobi nini?”

  1. Est ce que c’est légal ou non?
    N’est ce pas le rôle de jo kabila c’est de chercher l’argent pour les caisses de l’état Rdcongolais. ..
    L’inflation est partout dans le monde, mabe’ eza wapi si la RDC révise a la hausse ses taxes sur le cobalt et le cuivre. ..espérons seulement que la population va profiter de ce boum du cobalt parceque jusqu’aujourd’hui la RDC ne profite pas du boum des coltans. …
    Le président de la république doit travailler jusqu’à la fin de son mandat et son remplaçant emboîtera ses pas peut être en continuant sur le même chemin ou en changeant complètement la direction ou en apportant quelques amendements. ..

  2. Il y a les mots et les actes. On veut voir les gestes.
    Le régime de Kabila est reconnu pour sa kleptomanie. Que la taxe des minerais soit multipliée par 5,par 10,par 100 ou par 1000,l’argent ne tombera pas dans les trésor public, mais dans les comptes de Kabila et ses proches. Quel est l’impact des anciennes taxes sur le vécu quotidien des Congolais? Il suffit de voir les conditions de vie des populations riveraines des mines au Katanga et à l’Est? Elles ont reculé de 100 ans. Cela n’offusque ni Kabila, ni ses potes des multinationales
    Dix Mds $ quittent chaque année le Congo. Le pays s’enfonce chaque année dans le sous-développement.
    Les pays du Golfe ont leur pétrole. Les caisses de l’Etat sont pleines à craquer. Les populations ont un PIB/habitant parmi les plus élevés du monde. Le Congo avec ses immenses ressources se trouvent parmi les 3 pays les plus pauvres du monde. A cause de l’incompétence de son élite intellectuelle et politique qui se caractérise par l’incompétence.

  3. Il y a les mots et les actes. On veut voir les gestes.
    Le régime de Kabila est reconnu pour sa kleptomanie. Que la taxe des minerais soit multipliée par 5,par 10,par 100 ou par 1000,l’argent ne tombera pas dans les trésor public, mais dans les comptes de Kabila et ses proches. Quel est l’impact des anciennes taxes sur le vécu quotidien des Congolais? Il suffit de voir les conditions de vie des populations riveraines des mines au Katanga et à l’Est? Elles ont reculé de 100 ans. Cela n’offusque ni Kabila, ni ses potes des multinationales
    Dix Mds $ quittent chaque année le Congo. Le pays s’enfonce chaque année dans le sous-développement.

    1. @ Noko Nkolomabele…

      Ba entreprises oyo ezali na somo ya Kabila te… Bayebi ete Kabila azali na nzela ya EXIT…
      Ba ko zela quelques mois… en attendant valeur ya cobalt na bourse ezo mata..

      Kabila a zo meka nde ko benda likonda de force… po ba mbongo na ye ezali hors contrôle na ye…
      N´importe qui oyo a ko koma président, a ko zala na besoin ya ko teka ba minerais… pe ba entreprises oyo e ko zala toujours na DEAL.. na Congo.