Kinshasa, une ville plus chère que New York

  • 25140 Views
  • 2 Comment(s)
October 31, 2018 Sepela / Yeba
Shares




Chaque année la société Eurocost international publie son baromètre des villes les plus chères du monde pour les expatriés.

Hong Kong et Tokyo se partagent les deux premières places de ce classement. L’année dernière Hong Kong occupait la deuxième place de ce « hit-parade » derrière Luanda. La capitale angolaise a chuté à la 14e place suite à la dévaluation de sa monnaie et malgré une très forte inflation.

L’Afrique centrale ne quitte pas pour autant le podium, Kinshasa, qui « gagne » 24 places en un an, la plus grosse poussée de fièvre – et de loin – du top 30, s’installe en effet sur la 3e place de ce podium.

Ce classement du coût de la vie pour les expatriés, qui reprend 272 villes, se base sur des prix collectés en juin 2018 et mis à jour avec des taux de change de septembre 2018.

Comment expliquer cette arrivée de la capitale congolaise dans ce trio de tête ? « La capitale de la RDC a effectivement gagné 24 places entre 2017 et 2018, passant de la 27e à la 3e place de notre classement, explique-t-on chez EuroCost International. Pour reprendre l’historique de ces dernières années, Kinshasa était classée 16e en 2016, mais une forte dévaluation de la monnaie locale a entraîné son recul dans le classement. Dans les mois suivants, de fortes augmentations de prix ont progressivement compensé cette chute de la monnaie, repositionnant ainsi Kinshasa dans le haut du classement. L’économie locale a été particulièrement déstabilisée par la baisse des cours du pétrole et la dévaluation de sa monnaie. Le marché immobilier a lui aussi été touché, entraînant une hausse significative des coûts des loyers pour les expatriés. Le coût de la vie très élevé à Kinshasa s’explique donc par une inflation soutenue, tandis que la monnaie s’est stabilisée ces derniers mois ».

Les autres villes africaines du classement

Sur un classement continental, Kinshasa arrive donc en tête des villes les plus chères d’Afrique pour les expatriés, devant Luanda. Suivent Bangui, Pointe Noire, Ndjamena, Brazzaville, Libreville, Asmara et Djibouti. Tripoli cloturant le top 10.

Les auteurs de cette étude note qu’au Soudan, « malgré une très forte inflation, la dévaluation de la monnaie au début de l’année entraîne la chute de Khartoum dans ce classement. Au Soudan du Sud, la ville de Juba gagne quelques places par rapport à l’année dernière. La monnaie continue de se déprécier mais la très forte inflation compense largement cette baisse. Comme l’année dernière, Tunis est la ville africaine la moins chère de notre classement, expliquent encore les responsables de l’étude, la dévaluation régulière du dinar tunisien par rapport à l’euro ne faisant que consolider cette tendance. »

Le top 25 mondial des villes les plus chères pour les expatriés

Hong Kong
Tokyo
Kinshasa
Genève
Séoul
Singapour
Beyrouth
Londres
Zurich
New York
Honolulu
San Francisco
Lausanne
Luanda
Pékin
Shanghai
Abu Dhabi
Tel Aviv
Copenhague
Berne
Bangui
Taipei
Bâle
Moscou
Sydney


Autres Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

2 thoughts on “Kinshasa, une ville plus chère que New York”

  1. C’est une “analyse” tres eronnee, franchement. Vous – vous fondez sur quoi, pour avancer une telle information sur la vie a Kinshasa? meme un fou aura vraiment du mal a vous croire.

    Encore la maladie de “bi koma – koma”…

  2. Comment se fait-il que la capitale peut occuper cette “importante” place aussi longtemps que les fonctionnaires sont les plus mal payés, les militaires rarement perçoivent leur solde mensuelle, un voleur est prêt à zigouiller une victime pour deux grains de cacahouète, une prostituée gagne moins de 3 dollars par jour, un professeur parvient à s’acheter un poste de TV au moyen de “licopa”, un musicien ou journaliste compte sur ses “associés” de la diaspora, c-à-d, soki obuaki ngai te na nzembo to na émission na yo nakotindela yo rien. et bla bla bla et bla bla bla.