Le Manifeste d’Atlanta, Document important pour l’avenir des congolais!

  • 31480 Views
  • 18 Comment(s)
April 15, 2018 Kamwa / Yeba
Shares

Synopsis

Réunis en conclave à Atlanta, USA, un groupe d’intellectuels congolais s’est penché sur la crise que traverse la République Démocratique du Congo (RDC) depuis plus de deux décennies. Au bout de deux jours d’intenses débats, ils se sont convenus sur beaucoup de points dont voici les principaux :

Constats

• La crise en République Démocratique du Congo est une crise à plusieurs facettes:
politique, économique, sociale, culturelle, leadership, sécuritaire et éducationnelle ;
• Le pays est occupé par des pays étrangers, spécialement le Rwanda et l’Ouganda ;
• Les occupants sont assistés par des forces extérieures de l’Occident et d’ailleurs, y compris de certains pays africains qui bénéficient énormément de la crise ;
• Les soi-disant dirigeants sont illégitimes et illégaux car ils gouvernent sans mandat ;
• Bref, dans sa configuration actuelle, la RDC est un pays pris en otage et dont l’existence est sérieusement en danger.
Propositions

Face à ces constats, les participants à ce conclave ont proposé quelques actions à prendre:

• Demander aux pays du monde de ne plus reconnaitre le régime en place;
• Résister et lutter contre l’occupation en solidarité avec les compatriotes qui résistent et luttent pour la même cause, où qu’ils soient;
• Soutenir et défendre la transition immédiate de l’occupation à un collège de transition qui sera chargé d’organiser des élections, d’assurer la continuité dans
le fonctionnement de l’Etat;
• La transition devra se faire sans la participation du régime d’occupation ;
• Transformer les forces armées, les services de renseignement et la police nationale;
• Transformer le système de l’éducation d’aval en amont;
• Bâtir un Etat de droit dans lequel le peuple sera souverain.

I. DECLARATION GENERALE

Nous, Intellectuels congolais, engagés dans la lutte pour la libération totale de la République Démocratique du Congo (RDC), réunis en conclave à Atlanta, EUA (USA), du 9 au 10 Mars 2018, ayant fait les constats ci-après, déclarons :
La RDC est à un tournant décisif de son histoire. Elle fait face à une crise profonde à plusieurs facettes qui remet en question l’existence même du pays et de sa souveraineté.

1. Constats

1.1. Crise constitutionnelle

Le manque de respect de la Constitution a plongé le pays dans un vacuum d’autorité et de leadership. Une des conséquences est l’illégitimité du régime de l’occupation dont les effets immédiats sont : le mépris total de la loi et des accords politiques conclus entre l’Etat et la société civile; l’ingérence dans le fonctionnement normal des instances administratives comme la CENI; l’instrumentalisation des cours, tribunaux et juges; la violence de l’Etat contre les citoyens congolais; l’insécurité généralisée des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire national; l’incapacité de l’armée à protéger les populations et l’intégrité du territoire national;

1.2. Crise politique

Faillite généralisée de l’Etat qui se manifeste par l’occupation de notre pays.
L’usurpation du pouvoir et la prise en otage de l’Etat congolais par les Rwandais, particulièrement les membres de la famille Kabila et leurs alliés politiques et économiques internationaux et nationaux.
Légalement et illégalement, des nouveaux prédateurs proviennent de diverses origines: Chine, Maghreb, Moyen-Orient, Europe, Etats-Unis, etc., et d’autres pays africains en plus du Rwanda, Ouganda et Burundi qui rentrent dans notre pays comme dans une foire, tant que l’administration est incapable à garder les frontières nationales;

1.3. Crise de gouvernance

Nous notons l’absence totale des dirigeants responsables depuis 2001, la mégestion et la mauvaise gouvernance à tous les échelons de l’appareil étatique ; la corruption endémique et croissante, l’incompétence, et la prostitution qui caractérisent la soi-disant classe politique congolaise, tant dans les rangs de la pseudo-majorité présidentielle que dans ceux de l’opposition;

1.4. Crise économique

Avec une infrastructure délabrée, l’économie du pays est en ruine: environ 50% des jeunes congolais et congolaises n’arrivent pas à trouver du travail malgré l’obtention des diplômes universitaires et post-universitaires; les occupants rwandais jouissent d’une priorité absolue sur le marché de l’emploi; des postes importants sont confiés aux étrangers, surtout aux rwandais (dans les forces armées, la police nationale, le corps diplomatique, les parastataux, etc.).
Le commerce illicite des minerais précieux du Congo (cobalt, coltan, uranium, or, diamant etc.,) est organisé par le sommet des tenants du pouvoir politique; le bradage des entreprises minières de l’Etat par le régime en place n’est un secret pour personne. Tout ceci explique pourquoi le pays est rangé parmi les dix plus pauvres au monde, et son président, un des plus riches d’Afrique et du monde entier.

1.5. Crise sociale et culturelle

Systématiquement, l’Etat congolais par le chef de Kabila/Kanambe s’est attelé à saboter complètement l’éducation des jeunes congolais de la maternelle au niveau universitaire et des instituts supérieurs; ce qui explique l’inversion des valeurs educationnelles et sociales à tous les niveaux du tissu social congolais. L’insécurité des personnes et des biens a tellement ébranlé les populations congolaises surtout en milieu ruraux que la fuite à l’étranger ou dans des camps des personnes déplacées à l’intérieur du pays est devenu un passage obligé pour tant de nos compatriotes. Cette situation se manifeste particulièrement dans les milieux ruraux à l’est du Congo, dans le Kasaï, et dans d’autres régions envahies par des bandes de meurtriers rwandais qui tuent, violent, font brûler des villages et malmènent les populations congolaises avec impunité. Ces crimes commis parfois en présence ou à proximité de la MONUSCO et souvent avec la complicité des Forces Armées Congolaises constituées des rwandais et mercenaires continuent à l’est du pays. Chaque jour, les femmes et filles dans les milieux ruraux sont violemment violées, les villageois sont forcés de s’enfuir, et les occupants s’accaparent de nos terres, exploitent nos pâturages, volent les biens des paysans et de l’Etat congolais au vu et su du régime Kabila. A la pauvreté abjecte s’ajoute le manque d’accès des populations aux soins de santé primaires car l’Etat n’y apporte aucune attention.

2. PROPOSITIONS

A la lumière de ce qui précède, nous, intellectuels congolais engagés dans la lutte pour la libération de la RDC, déclarons ce qui suit:

2.1 Fin à l’illégitimité

Aux termes de la constitution en vigueur, Kabila qui a usurpé le pouvoir à deux reprises (2006 et 2011), n’est plus président de la République Démocratique du Congo depuis Décembre 2016. Par conséquent, tous les actes posés par lui et son gouvernement -sans mandat- sont illégitimes, nuls et non avenus. Ce disant, nous demandons à toute la communauté internationale de ne plus le reconnaître comme président de la RDC.

2.2 Fin à l’occupation

L’illégitimité et l’illégalité des institutions actuelles dictent la nécessité d’une transition sans le régime déchu de l’occupation. Cette transition doit être dirigée par un Collège composé de trois personnalités de nationalité congolaise reconnues pour leur probité morale et qui n’auront pas l’intention de briguer un mandat politique. Ce Collège aura pour mission: 1) d’assurer la continuité du fonctionnement de l’Etat; 2) d’organiser des élections libres, transparentes et équitables dans la paix; 3) d’initier la transformation du régime d’occupation en un Etat de droit pour répondre aux aspirations légitimes du peuple congolais pour la justice, la prospérité et le bien-être social de tous.

Nous, intellectuels congolais, soutenons fermement le processus qui a été entamé pour la mise en place d’un organisme chargé d’administrer la transition initiée par l’organisation congolaise Paix et Solidarité. Le Collège sera donc responsable d’assurer le bon fonctionnement de l’administration publique. Compte tenu de l’état de destruction avancé du pays sur les plans économique, sécuritaire et social, la durée de son mandat sera de deux ans au minimum et trois ans au maximum.

2.3 Fin à la misère sociale et à l’insécurité généralisée

Nous, intellectuels congolais, condamnons et demandons la fin des viols des femmes et enfants, des vols des biens et propriétés foncières et autres des congolais partout sur l’étendue du territoire national ; demandons aussi que justice soit rendue pour toutes les victimes des crimes;
Nous recommandons vivement le changement du rôle de la MONUSCO surtout pendant la période de transition. Que cet organe des Nations Unies passe de son rôle d’observateur à celui de protecteur de la population civile tel que prévu au Chapitre VII de la Charte des Nations Unies.

2.4 Transformation des forces de sécurité

L’insécurité généralisée des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national exige une profonde transformation des forces de sécurité. Pour ce faire, nous recommandons vivement de procéder au tamisage des éléments de l’armée, de la police et des services de sureté du régime d’occupation en place et au recrutement de nouveaux éléments parmi les jeunes congolais/congolaises instruits. Nous rejetons la pratique d’intégrer des anciens rebelles dans les forces armées du pays. Nous exigeons qu’elle soit bannie une fois pour toutes. En outre, nous recommandons la reconnaissance des officiers et soldats tombés sur le champ de bataille et ceux qui sont assassinés pour des raisons politiques. Cette démarche est indispensable au rétablissement du sens d’honneur au sein des forces armées. L’armée doit respecter sa mission régalienne de défense de l’intégrité du territoire national, tandis que la police doit assurer la protection des personnes et des biens. Nous recommandons que la nouvelle police soit structurée de façon à en faire une police de proximité. Nous recommandons aussi que les services de renseignement se limitent à assurer la sureté de l’Etat. Nous condamnons avec véhémence le harcèlement des citoyens et demandons qu’il soit interdit sous toutes ses formes. Nous exigeons que les nouvelles forces de sécurité soient une organisation républicaine consacrée à la protection du pays et de ses habitants, et non à celle d’un individu, quel que soit son rang social.

2.5 Solidarité dans la lutte pour la libération de la RDC

Nous déclarons tout haut notre soutien patriotique aux mouvements citoyens et les médias qui continuent à résister et à lutter pour la libération de notre pays, pour leur défense de la liberté d’expression et d’assemblée, ainsi que pour l’accès de ces mouvements et du peuple tout entier aux médias publics. Nous insistons sur l’accès ininterrompu des citoyens aux réseaux sociaux, lequel accès constitue un droit civil fondamental.
Nous déclarons aussi notre soutien inflexible aux actions paisibles et légales de toutes les couches sociales et organisations au sein de la société civile, dont le Comité Laïc Catholique qui persistent à lutter pour la libération totale du pays de l’occupation étrangère et l’établissement d’un état de droit.

2.6 La Justice

La recrudescence des abus de pouvoir et de l’arbitraire nous interpelle et nous oblige d’exiger la séparation des pouvoirs dans le système judiciaire qui sera mis en place. Nous demandons avec insistance que l’on mette fin au règne de l’arbitraire et que la justice soit rendue aux victimes des crimes de toutes les catégories. Nous demandons aussi au Ministère de la Justice de ne plus s’ingérer dans le travail des cours et tribunaux, de se limiter à son rôle de soutenir leurs missions respectives et de défendre les intérêts du peuple et de l’Etat congolais.

2.7 Patrimoine du sol congolais

Nous déclarons énergiquement que le sol et le sous-sol de la RDC appartiennent aux congolais. De ce fait, les éleveurs des pays étrangers ne sont les bienvenus au Congo qu’à la stricte condition d’obtenir, au préalable, l’autorisation des propriétaires de terre tels que reconnus par le Droit coutumier. Nous exhortons chaque communauté à défendre farouchement et à protéger ses droits ancestraux sur leur héritage. Nous rejoindrons la résistance contre les envahisseurs, qu’ils soient munis d’armes ou non, toute fois qu’ils tentent d’entrer chez nous cherchant d’occuper ne fut ce qu’un cm2 du territoire congolais. Tous les moyens nécessaires seront utilisés pour faire valoir nos droits et nos libertés.

Que les soi-disant éleveurs rwandais, burundais, et bororos qui se promènent sur le territoire congolais, munis d’armes de guerre pour envahir en douceur les paysages congolais au profit de leurs cheptels bovins, soient prévenus. Nous encourageons les populations congolaises d’utiliser tous les moyens nécessaires pour les chasser.
Par ailleurs, nous condamnons sans réserve toutes formes d’exploitation sauvage qui détruisent notre écosystème ou les structures sociales des populations congolaises. La déforestation des terres congolaises doit être combattue énergiquement, y compris par la communauté internationale car elle met en danger le deuxième poumon de la Terre. Nous condamnons l’exploitation sauvage du pétrole, et des minerais précieux–coltan, cobalt, diamant, et autres– dans le Kivu et d’autres régions du Congo. Des telles activités sont néfastes et dangereuses tant à l’écosystème qu’aux structures sociales et aux populations congolaises, plus particulièrement aux mineurs. Elles doivent, de ce fait, faire l’objet des concertations publiques transparentes à tous les niveaux de la structure de l’Etat (central, provincial, local). Dans ce même contexte, nous nous opposons fermement à ce projet qui, sous un pseudo-panafricanisme, veut détourner les eaux du fleuve Ubangi pour alimenter le lac Tchad, et ce, sans consultation ni implication du peuple congolais. Cet acte représenterait non seulement un pillage des ressources congolaises, mais aussi un danger à l’existence du peuple congolais vu les conséquences néfastes qui pourraient en résulter sur l’environnement, voire tout l’écosystème, et sur le débit du fleuve Congo. Nous sommes donc prêts à apporter tout soutien nécessaire au pays pour dissuader les initiateurs d’un tel projet.

2.8 Education

Concernant l’éducation, le secteur requiert une transformation complète, d’aval en amont après quatre décennies de négligence totale. Il est établi que seul un Etat bien organisé et qui place une grande priorité sur les intérêts de la jeunesse et du pays peut réaliser un tel objectif. Ce fait nous force d’exiger l’édification d’un Etat de droit ayant une vision claire pour l’avenir de notre jeunesse. Nous mettrons tout en œuvre pour supporter les institutions et organisations qui se dévouent au développement de la nation, surtout à celui des jeunes, futurs leaders et bâtisseurs du grand Congo.

3. CONCLUSION

Aux citoyens et aux gouvernements de tous les pays, nous demandons de se joindre au peuple congolais dans sa lutte noble pour la dignité, la paix et la justice conformément aux principes universels inscrits dans la Déclaration Universelle des droits humains. Un Congo démocratique, stable et développé, rendra des services énormes à l’Afrique et à l’humanité toute entière, y compris aux grandes puissances et firmes multinationales.
Signataires

Eyamba Georges Bokamba, Ph.D. André Mpika, Major
Marcel Eluhu, MD Tshilemalema Mukenge, Ph.D.
Mme Christine Iyofe Isasi Emmanuel Naniuzeyi, Ph.D.
N.J. Makidi Ku-Ntima, Ph.D. Georges Nzongola Ntalaja, Ph.D.
Jules Malonga Miatudila, MD S. N. Sangmpam, Ph.D.
Vuvu Manseka, Ph.D.


Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

18 thoughts on “Le Manifeste d’Atlanta, Document important pour l’avenir des congolais!”

  1. NA PHOTO OYO LES PLUS MAUVAIS YA BATU BAZA MIBALE: BANGO MIBALE PE BALATI BIKOTI: MOKO AZALAKA FAUX SOLDAT MOSUSU NDE FAUX POLITICIEN ZOBA NA UNIVERSITE;; BAZALAKA KOLEKISA YE BA NIVEAU: LOKOLA BAZALAKA BA ZOBA BAKOTA BA SECTES YA MAKASI PO BALALISA PEUPLE PONGI: PONGI OYO PEUPLE ALALA EZA NDE BANGO MIBALE:MABOLO PE MAKATA YA BANA NA BANGO: BANGO MIBALE BA CHANGEA MAKAMBU NA 1965, BA DIEMBIKA BA MINISTRES PUBLIQUEMENT NA PONT GABI: BABOMA DEMOCRATIE BASALA PARTI UNIQUE MPR; OYO YA EKOTI YA PEMBE YE NDE REDACTEUR YA MANIFESTE YA NSELE; BAYOKANA QUE OYO YA SOLDAT FAUT APESA OYO YA EKOTI YA PEMBE POUVOIR NA 1970. oyo ya soldat azalaka PE MOPAYA ABOYA: BANDA BABANDA KOSWANA TI MBOKA EYE KOKENDE EPAYI YA KANAMBE: NASUKI AWAW PONA LELO: LIVRE EKO BIMA APRES:

  2. OKOMONA MUTU ABOTAMI LELO AZO KUMISA TSHISEKEDI: EZA MAWA PO AYEBI HISTOIRE:SOKI OYEBI HISTOIRE YA RDC OKKOKI KKUMISA MOTO LOKOLA ETIENNE TE; OKOMONA MUTU MOSUSU AZA PE MAYELE MAIS AZOBENGA ETIENNE HEROS; HEROS AKUFAKA NA HOPIAL TE; HEROS ADIEMBIKA BA MINISTRE WANA HEROS ???: HEROS AZALA MINISTRE YA MOBUTU WANA HEROS ??? HROS MOBIMBA ALOBA NA PEUPLE SOKI BAPESI YO MBONGO NA POUVOIR ZUA PE LIA YANGO WANA HEROS ??? HEROS AZOLOBA PRENEZ VOUS EN CHARGE WANA HEROS ??? HEROS ALIA MBONGO YA IMPERIUM WANA HEROS ??? HEROS AZONDIMA KANAMBE APESI YE MISSION APONA PREMIER MINISTRE WANA HEROS ?? HEROS MOBIMBA AFUNDA SHABANI NA PARQUET YA MATETE ENTRETEMPS AZALAKA KOLOBA QUE JUSTICE EZA TE NA RDC: OYO NIONSO AKUMISAKA TSHISEKEDI NA TSHILOMBO AMIYEBAKA TE QUE ATIMBA TE:

  3. OYO NIONSO AKUMISAKA TSHIESEKEDI NA TSHILOMBO AZO FREINER MBOKA PO BANGO NDE BAZO FREINER MBOKA:

  4. NA PHOTO YANGO OYO AZOMONANA LE PLUS VIEUX YE NDE VRAI NDOKI YA CONGO: YENDE MUTU YA MA BE MAKASI: IL PARAIT BANDA AKUFA NANU BAKUNDA YE TE: EBEMBE EVANDAKA SOKI NA DEPOT MOKO BOYE NA MBOKA MINDELE: EH MAWA CE QUE AZALAKA MOTEMA MABE MAKASI NA BOMOYI NA YE: SUKA NA SATANA:

  5. Congomikili quelle différence entre cette manifeste et l’accord de la Saint -Sylvestre ou les autres résolutions faites de sorties de crise par les politiciens à Kinshasa?
    merci de vouloir m’éclairé là dessus.

    1. L’ ACCORD DE SAINT SYLVESTRE EST UN FAUX ACCORD C’EST UNE CAPITULATION DE L’OPPOSITION DIRIGEE PAR L’ASSASSIN TSHISEKERI WA MURUMBA; C’EST COMME DALADIER A MUNICH: CET ACCORD A PERMIS KANAMBE A REGENTER LA PAYS EN TOUTE ILLEGILIMITE ET EN HUMILIANT LES BALUBA : KABILA FAIT ET DEFAIT LES PREMIERS MINISTRES QUAND BON LUI SEMBLE :TANTOT L’ESCROC BADIBANGA ( MOBETI KULA NA PANAMA) SOIT TSHIBALA ;LES BALUMBA S’EMPOIGNENT ET SORTENT MANIFESTEMENT SANS VERGOGNE LEURS VIEUX DEMONS: BREF L’ACCORD A ETE UNE BOURDE : SEULS LES FANATIQUES ET LES IGNORANTS DE L’UDPS QUI S´’ÉN FELICITENT: MAIS POUR NOUS LES LULUA C’EST UNE BETISE: CE N’EST MEME PAS UN ACCORD MAIS UNE HAUTE TRAHISON: LE PEUPLE A ETE TRAHI PAR DES IMBECILES CUPIDES COMME TSHISEKEDI: QUE SON AME NE REPOSE PAS EN PAIX

      1. ON SE CALME @NDAMI, LE PSYCHIATRE VA ARRIVER ET VOUS FERA VOTRE PIQÛRE QUOTIDIENNE COMME SÉDATIF
        CONGOMIKILI EKOMI KOPOLA LIKOLA YA BATU LOKOLA @NDAMI = PAS D’ARGUMENTS, PAS D’ANALYSE, MAIS SEULEMENT UNE LITHANIE D’INJURES.
        HA MÉDIOCRITÉ QUAND TU TIENS CERTAINS C’EST POUR LA VIE

  6. je prends juste une citation du texte pour vous dire que votre déclaration ( la n ième des Congolais) est vouée à l’échec :
    ” Demander aux pays du monde de ne plus reconnaitre le régime en place ” Fin de citation !

    Une liberté ( pouvoir ) ne se demande pas , une liberté ( pouvoir ) s’arrache !!!
    1960 Lumumba & Co ont demandé l’indépendance bidon , … vous connaissez le reste .

    1. VOUS ETES CERTES COMME VOTRE PSEUDONYME L’INDIQUE UN NOURISSSON EN DEMOCRATIE: VOUS CROYEZ QUE SI ON DEMANDE AUX PAYS DU MONDE DE NE PLUS RECONNITRE LE REGIME EN PLACE QUE KABILA PART: VOUS VIVEZ DANS QUEL SIECLE SIEUR: ALLONS VOYONS PENSEZ UN PEU PLUS LOIN SIEUR: LA VOUS ME FAITES VOMIR:

      1. @NDAMI,
        je crois qu’il vous faut un psychiatre de toute urgence ! Avez vous seulement compris mon posting ?
        MAWA TROP
        MÉDIOCRÍTÉ YA SUKA

  7. L’ ACCORD DE SAINT SYLVESTRE EST UN FAUX ACCORD C’EST UNE CAPITULATION DE L’OPPOSITION DIRIGEE PAR L’ASSASSIN TSHISEKERI WA MURUMBA; C’EST COMME DALADIER A MUNICH: CET ACCORD A PERMIS KANAMBE A REGENTER LA PAYS EN TOUTE ILLEGILIMITE ET EN HUMILIANT LES BALUBA : KABILA FAIT ET DEFAIT LES PREMIERS MINISTRES QUAND BON LUI SEMBLE :TANTOT L’ESCROC BADIBANGA ( MOBETI KULA NA PANAMA) SOIT TSHIBALA ;LES BALUMBA S’EMPOIGNENT ET SORTENT MANIFESTEMENT SANS VERGOGNE LEURS VIEUX DEMONS: BREF L’ACCORD A ETE UNE BOURDE : SEULS LES FANATIQUES ET LES IGNORANTS DE L’UDPS QUI S´’ÉN FELICITENT: MAIS POUR NOUS LES LULUA C’EST UNE BETISE: CE N’EST MEME PAS UN ACCORD MAIS UNE HAUTE TRAHISON: LE PEUPLE A ETE TRAHI PAR DES IMBECILES CUPIDES COMME TSHISEKEDI: QUE SON AME NE REPOSE PAS EN PAIX

  8. CONGOLAIS AZA FAKWA! CONGOLAIS AZA TSCHEKULA!
    CONGOLAIS AZA POLITICIEN TE
    BOTIKA BOZOBA NA BINO YA BA MANIFESTES SUR MANIFESTES BIDONS EMPUTÉS!
    TOUS CE QUE CES GENS LÀ CHERCHENT, C’EST VOLER ET DEVENIR RICHES COMME LE FILOU KABILA!

    1. 2.4

      Armée et police…. comme en 1959 á la Table Ronde… kie kie Avec tout le respect pour vos qualités intellectuelles…. Ce que vous recommandez sur l´armée et la police ne vaut pas grand chose…
      Cette fameuse “manifestation” est discutable car n´apportant qu´une repetition de ce qu´en entend depuis plus de 10 ans.

      > INNOVATION (S)

      Nous sommes á la recherche des intelligences congolaises qui vont proposer des innovations pratiques et applicables..

      S´il nous faut des “recommandations” dans le domaine de la sécurité, ceux qui se disent “intello” devraient nous expliquer comment “former” ces forces de la sécurité…
      Allons-nous signer des contrats avec des entreprises militaires privées du genre “Blackwater” ? Allons-nous continuer dans le chaos en signant des accords avec plusieurs pays qui n´ont pas les mêmes doctrines militaires? Allons-nous signer un “traité” de Défense avec des États puissants comme la Chine, la Russie ou les USA ?
      Allons-nous signer un traité de Défense avec l´UE ou l´OTAN ?

      Ensuite, quelle est cette armée que les congolais souhaitent avoir ? Une copie des FAZ inspirée de la Force Publique ou une armée moderne où l´usage des technologies militaires de pointe exige l´alphabetisation des troupes et la mise á niveau des officiers?

      Comme en 1959 á la Table Ronde…Tant que les congolais ne vont pas se pencher avec intelligence sur la sécurité et la Défense du Congo….sango pamba !
      Les théories academiques recopiées depuis la Conférence Nationale ne servent á rien.

  9. Il ne manque plus que le manifeste de la Nsélé et la boucle sera bouclée dans la bétise intellectuelle congolaise qui nous a mené jusqu’à des idiots comme Boshab, Shadary et autres Muzito. La liste n’est pas exhaustive !

    1. ; BEBE DEMON CRATIE VOUS M’AVEZ REPROCHE DE NE PROFERER QUE D’INJURES MAIS CE QUE VOUS DITES A BOSHAB ET AUX AUTRES C’EST QUOI ? DES ELOGES OU DES INJURES MAWA TROP; ALLEZ CONSULTER UN MEDECIN SVP: AVANT D’ENLEVER LA POUTRE DANS MON OEIL; ENLEVEZ D’ABORD LA PAILLE QUI SE TROUVE DANS LE VOTRE
      AH MÉDIOCRITÉ QUAND TU TIENS CERTAINS C’EST POUR LA VIE
      MAWA TROP MEDIOCRITE YA SUKA

      Reply

    2. C´est vrai cette histoire de la “manifeste de N´sele” kie kie kie kie

      Sur le terrain, la Cenco est entrain de démontrer qu´il est possible de mobiliser les congolais dans les rues… dans leur propres quartiers… au lieu de se lancer vers la république de Gombe.

      Cette liberation dont on nous parle…dont les penseurs et les stratèges se trouvent loin du Congo, loin de la rue…n´est qu´une théorie scientifique bon pour les intello !

      Nous voulons des actions concrètes á la place des propositions sur la couleur de la lune !

  10. C’est vraiment contre-productif de mettre la figure du criminel Tshombé ensemble avec Lumumba et de ce tueur à gage, qui massacrait les congolaises, MULELE !
    BEHHHHH ! C’est écœurant !