fbpx


le président sud africain aye ko tcha pression na Kabila po a tika Katumbi a zonga mboka, Outeniqua ebandi?

  • 60620 Views
  • 13 Comment(s)
August 10, 2018 Yeba
Shares





Ramaphosa, le président sud africain est arrivé ce vendredi 10 août 2018 à Kinshasa, où il a été accueilli à l’aéroport par le président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku.

Selon certaines sources, il serait venu pour plaider en faveur de Moïse Katumbi qui a été écarté de la présidentielle de 2018. Cette visite rappelle les congolais des fameuses rencontres de Outeniqua 1 et 2 entre LD Kabila et Mobutu président sortant à l’ époque.

Après l’annonce de la non-candidature du président Kabila, la communauté internationale continue à insister sur 3 choses :
1. Inclusivité des élections,
2. Mesures de décrispation,
3. Et abandon de la machine à voter.


Autres Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

13 thoughts on “le président sud africain aye ko tcha pression na Kabila po a tika Katumbi a zonga mboka, Outeniqua ebandi?”

    1. “KABAGE”

      Á lui seul le président sortant represente tous les congolais ?

      > KIVU
      Dans les deux Kivu, Shadary ne peut pas faire face á Kamerhe et Mbuisa Nyamuisi. Le bilan sécuriataire au Kivu parle de lui même: 17 ans de Kabila, 17 des guerres á l´infinie !

      > KATANGA
      Même si Katumbi n´est pas candidat, il va influencer l´élection au Katanga et Shadary ne peut pas faire face á la machine de Katumbi.

      > KASAI
      Dans les deux Kasai, Shadary est consideré comme un “Terminator”. Il est l´un de ceux qui fait mourir les enfants de faim en ce moment !
      Face á Felix, Shadary ne peut pas faire non plus… le bilan sécuritaire et humanitaire parle de lui même

      > BANDUNDU
      Quand Muzito risque de rejoindre le Rassemblement et Ensemble où se trouve dèjà Fayulu, Matungulu, et Kamitatu… même si Kin Kiey “Kabila désir” et Gizenga vont tenter de reduire l´impact de l´opposition, une fois de plus Shadary ne peut pas faire face á Muzito et cie

      > KONGO CENTRAL
      La mort du gouverneur Mbadu où á Matadi les gens ont fêtés indique très bien l´état d´esprit dans cette province. Face au leader de Bundu Dia Kongo… kie kie Shadary va fuir tout simplement.

      > KINSHASA
      Le PPRD est très impopulaire dans cette capitale acquise á Bemba… Shadary même avec l´aide de Kimbuta va se noyer dans la capitale où il avait envoyé la police taper sur les prêtres catholiques et lancer des grenades dans les églises.. Donc, Kin peine perdu!

      >EQUATEUR
      Même “disqualifié” Bemba possede une influence sans contexte dans cette province..Donc Shadary sait très bien qu´il sera chassé de l´Eqquateur.

      > PROVINCE ORIENTALE
      Repetita.. Shadary va rencontrer la dame Bazaiba entrain de soulever les électeurs dans cette province.. où en Ituri on oublie pas l´insécurité constante imposée par Kabila ni les “mboro Mboro” qui continuent d´envahir toute la province.

      > MANIEMA
      C´est la seule province où Shadary peut respirer un peu… à condition que Matata le laisse “respirer” kie kie kie

      Bref, Shadary a besoin de la machine á voter… sans quoi, il va sombrer totalement… Or la CENCO continue de faire pression auprés des USA sur cette question.

      > OUTENIQUA BIS
      Oui, Ramaphosa ne fait que reprendre le rôle de Mandela lors l´EXIT de Mobutu…. Kabila EXIT ! kie kie kie Ba subi na bilamba !

    2. ndakala prochain président ?……. grand mu—zoba tika kolota…..
      ndakala n’a que le maniema et la machine à violer …. comment veux-tu que ndakala soit élu ?

      Katanga anti ndakala
      Equateur anti ndakala
      kivu nord et sud anti ndakala
      bandundu anti ndakala
      2 kasaï anti ndakala
      Bas Congo anti ndakala
      Oriëntale anti ndakala

      DONC LOGIQUEMENT NDAKALA N’A QU’UNE BOITE DE SARDINE… LE MANIEMA D’OÙ IL VIENT ET LÀ IL RISQUE DE SE FAIRE LIQUIDER PAR MATATA PONYO L’HOMME À LA CRAVATE ROUGE ET PROPRIÉTAIRE DE L’UNIVERSITÉ MAPON

      KEIKEIKEIKEIKEIKEIKEI
      WUMELISTES VENTRIOTES BOLUKA DÉJÀ MISALA YA GARDIENNAGE

  1. @Congomikili vous avez oublié le point 4) nettoyage du fichier électoral corrompu avec près de 6 millions d’électeurs fictifs pour aider le ndakala

    1. bye bye@

      C´est 10 millions ! Plus que l´électorat de Kin ! Avec une reserve de 10 millions des voix, Shadary peut gagner avec cette machine infernale !

  2. Le dauphin de jo kabila c’est Moise katumbi. ..
    Shadary eza Kaka po ba sala plaisir na ba abrutis de PPRD-MP -Fcc. …
    Lui même jo kabila est membre de l’ENSEMBLE, IL L’A DIT LUI MÊME DANS SON DERNIER DISCOURS OU LEÇON DE LA LITERATURE DEVANT LES DEUX CHAMBRES. …”Ensemble pour le développement “

  3. le ndakala vient d’être reçu par le président sud-africain Cyril Ramaphoza à l’aéroport de Ndjili juste avant de quitter la RDC…..

    l’homme du mama na yo, du mupatas, du coup pour coups interdit de séjours en Europe s’est fait tirer les oreilles par la grande puissance économique et militaire sud africaine notamment sur les répressions au Kasai et au Bas Congo effectué par ndakala quand il était ministre de l’Intérieur.

    Nous venons par ailleurs d’apprendre que zoé Kabila aurait saisi un avocat à Bruxelles pour faire un démenti contre les accusations de Human Right Watch selon lesquelles zoé aura soutenu la création des bérets rouges pprdistes !!! Kikeikeikeikieeikiekie

    hrw.org/fr/news/2018/08/08/rd-congo-zoe-kabila-repond-aux-recherches-de-human-rights-watch

    1. babandi kopanzana

      posa na yo esili tee vient de démissionner de son parti ??? Parti bidon du ventre…. chiffon kin kye mulumba va en tant qu’indépendant combattre maintenant le ndakala favori dans le maniéma et la machine à VIOLER

      FCC EKOPANZANA AVANT DÉCEMBRE 2018 !!! KEIKEIKEIKEIKEIKEIE

  4. LES ÉTATS-UNIS NE VEULENT PAS ENTENDRE PARLER DE LA MACHINE À VOTER

    RDC-Élections : Les USA invitent les autorités congolaises et la CENI à publier un nouveau fichier électoral et de trouver une méthode de vote autre que la machine à voter

    Dans une correspondance datée du 9 août 2018 et transmise à la rédaction de 7SUR7.CD, la section des affaires publiques de l’ambassade des USA en RDC, invite la CENI à user de tous les moyens pour un processus électoral crédible.

    « Nous faisons appel à la Commission Électorale Nationale Indépendante et aux autorités congolaises afin qu’elles prennent les mesures qui s’imposent pour garantir la tenue d’élections crédibles le 23 décembre 2018, en permettant notamment l’accès au public au nouveau fichier électoral et en ayant recours à une méthode de vote qui bénéficie de la confiance de l’électorat congolais », a indiqué l’ambassade des USA en RDC.

    Les USA soulignent en outre que le peuple congolais doit exprimer ouvertement ses opinions et choisir librement ses candidats sans craindre les violences ou encore les intimidations.

    Pour les États-Unis d’Amérique, la RDC jouit d’une occasion historique d’assurer un transfert pacifique du pouvoir en décembre. Ils se disent aussi prêts à appuyer Kinshasa conformément au calendrier électoral de la CENI.

  5. Les USA disent non à la machine à voter: son « utilisation…constitue un risque énorme », N. Haley

    Les USA ont pris leur distance avec la machine à voter.
    Pour la première puissance mondiale, la machine à voter constitue un risque énorme qui peut miner l’a crédibilité des élections de sorte que le peuple congolais en conteste les résultats.

    » Nous sommes profondément préoccupés par l’insistance de la commission électorale à utiliser un système de vote électronique qui n’a jamais été utilisé en RDC. Nous comprenons que la commission n’a jamais testé ce système de vote électronique en RDC, mais prévoit de déployer cette technologie pour la première fois le jour du scrutin. Il va sans dire que l’utilisation d’une technologie inconnue pour la première fois lors d’une élection cruciale constitue un risque énorme. Il a le potentiel de miner sérieusement la crédibilité des élections que beaucoup ont travaillé dur pour voir se produire. Ces élections doivent être tenues par des bulletins de vote papier, de sorte que le peuple congolais ne conteste pas les résultats. Les États-Unis n’ont pas envie de soutenir un système de vote électronique. », a déclaré l’ambassadeur des USA à l’ONU Nikki Haley hier lundi au cours d’une session spéciale de l’Onu sur le processus électoral en RDC.

    Pour la CENI, la machine à voter ou imprimante instantanée va permettre d’économiser près de 200 millions US $.
    Elle permettra aussi de fiabiliser les résultats électoraux.
    L’opposition et la société civile n’en veulent pas.

    EYINDIIIIIII
    NANGAA LES JOURS DE TA MACHINE INFERNALE SONT COMPTÉS

  6. USA, Canada et Suisse : ‘’l’utilisation de la machine à voter pourrait compromettre la présidentielle de 2018″

    La machine à voter proposée par le président de la
    Ceni(commission électorale indépendante) continue à faire couler encre et salive.

    Les USA, le Canada et la Suisse, via leurs chefs de missions, estiment que l’utilisation de cette machine pourrait compromettre la présidentielle de 2018.

    » La mise en œuvre d’un tel système (la machine à voter ndlr) exige la transparence de toutes les parties prenantes, en ce qui concerne les coûts et les risques », indiquent ces trois pays, dans une déclaration rendue publique jeudi 7 décembre 2017, par l’ambassade des Etats-Unis.

    Pour eux, ‘’il faut également avoir suffisamment de temps pour effectuer un examen juridique, des essais, une évaluation et offrir de la formation », déplorant cependant qu’aucune de ces étapes n’est, à ce jour, achevée, ni en cours.

    Ils confient ainsi que le contournement de ces étapes et la mise en place d’un système de ce type et de cette ampleur à l’échelle nationale, pour la première fois, pourrait gravement compromettre l’élection présidentielle.

    ‘’ En tant qu’amis de la RDC, nous n’avons ni candidat, ni parti préféré. Le résultat de cette élection revient aux 45 millions d’électeurs inscrits au registre des électeurs du Congo. Ce qui nous importe, c’est l’application d’un processus démocratique crédible et le besoin urgent de veiller à ce que le peuple de la RDC puisse voter et choisir son prochain président comme prévu, en 2018 », ont-ils dit, déclarant qu’ils » demeurent prêts, en concertation avec leurs partenaires internationaux, à offrir leur appui à ces efforts là où ils le peuvent’’.