Sepela/Yeba

Félix avait marché le 30 juin 2005 sans autorisation, soupu ya ndakala ebungisaka mémoire?

Shares

Félix avait marché le 30 juin 2005 sans autorisation, soupu ya ndakala ebungisaka mémoire? La constance est le thermomètre de la vérité.



Konzo force maintenant disponible en ligne en Europe: https://zando.congomikili.com/

Si Félix Tshisekedi a oublié voici ce qui c’état passé:

Le Monde avec AFP Publié le 30 juin 2005 à 17h21

La répression d’une manifestation de l’opposition à Kinshasa fait plusieurs victimes

Au moins une personne a été tuée par balles, jeudi, à Kinshasa lors d’une manifestation, violemment réprimée par la police, de centaines de militants de l’opposition protestant contre la prolongation de la transition en République démocratique du Congo.

Plusieurs personnes ont été tuées ou blessées, jeudi 30 juin, à Kinshasa et dans d’autres villes de République démocratique du Congo (RDC), quand la police a réprimé une série de rassemblements de l’opposition contre la prolongation de la transition, qui devait s’achever ce jour. Le parti d’opposition qui appelait à ces manifestations, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parle de dix tués et de dizaines de blessés, et dénonce une “répression disproportionnée”. Selon Me Joseph Mukendi, conseiller politique du président de l’UDPS, Etienne Tshisekedi, “à Kinshasa, six personnes ont été tuées, dont une dame qui était dans sa parcelle (chez elle), à Kasa-Vubu (centre de la capitale) et a été tuée presque à bout portant par des policiers qui recherchaient des combattants de l’UDPS”, a-t-il ajouté.

Me Mukendi a également affirmé qu’une manifestation à Tshikapa, dans le Kasaï occidental (Centre), avait fait “au moins trois morts” et que “plusieurs personnes” avaient été tuées à Mbuji-Mayi, chef-lieu du Kasaï oriental (Centre) et fief de l’UDPS.

Selon plusieurs témoins, deux personnes ont été tuées par balles au cours de deux rassemblements différents de militants de l’UDPS à Kinshasa, dans la commune de Kalamu (Sud). De nombreux blessés ont été acheminés dans différents hôpitaux et cliniques de la ville, a-t-on appris de sources hospitalières et auprès de la Mission de l’ONU en RDC (Monuc). La situation est progressivement revenue au calme dans l’après-midi à Kinshasa, où près de 5 000 policiers étaient déployés. Les rassemblements ont été systématiquement dispersés et sont restés cantonnés aux quartiers où ils avaient débuté.

TIRS À BALLES RÉELLES

“Il y a eu au moins un mort. Il y en aura sans doute d’autres”, a déclaré le général Benjamin Alongabony, adjoint du chef de la police nationale.”La police a dispersé des centaines de manifestants un peu partout dans Kinshasa, mais les attroupements continuent”, a précisé le général Alongabony. Il a souligné que les forces de police utilisaient majoritairement des armes non létales (grenades lacrymogènes, matraques, balles plastiques) mais que, parfois, les policiers “très nerveux” avaient “tiré à balles réelles”. Une cinquantaine de manifestants ont été interpellés au cours de la matinée, et des tirs ont été entendus dans différents quartiers de la ville.

Dès 10 heures du matin, des groupes de militants, de 100 à 300 personnes, se sont formés dans différents quartiers de la ville pour répondre à l’appel de l’UDPS, dont le leader, Etienne Tshisekedi, s’oppose à la prolongation de la transition lancée en 2003 en RDC et dont la fin, prévue le 30 juin, a été repoussée à décembre 2005. La “marche pacifique” de l’UDPS, qui réclame le départ des dirigeants actuels de la RDC, n’a pas été autorisée par les autorités au motif que l’objet de cette manifestation est “une remise en cause, illégale, du processus de transition”. Dans les communes qui enserrent Kinshasa, comme Kalamu (Sud), Bandalungwa (Centre-Ouest), Ngafula (Sud), Ngaba (Sud), Limete (Est), des affrontements ont opposé plusieurs centaines de manifestants et les forces de police.

LA FIN DE LA TRANSITION ET LE DÉPART DE KABILA

Les manifestants, essentiellement des jeunes gens, brandissaient des drapeaux blancs et des pancartes proclamant la “fin de la transition” et réclamant, à travers la formule “1 + 4 = 0”, le départ du président Joseph Kabila et des quatre vice-présidents de RDC.

Des hélicoptères de l’armée congolaise effectuent depuis jeudi matin des survols réguliers, à basse altitude, des différents quartiers de la ville, une mégapole de plus de six millions d’habitants. En province, le calme régnait globalement, jeudi, malgré des heurts entre police et militants de l’UDPS dans leur fief de Mbuji-Mayi (Centre) au cours de la nuit.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

2 thoughts on “Félix avait marché le 30 juin 2005 sans autorisation, soupu ya ndakala ebungisaka mémoire?”

  1. Des tous nos politiciens, seul FATSHI aza crédible!
    Na changer te, kasi naza na opinion na ngai sur la politique zairoise!

  2. Mokili oyo eza ya nzambe ,dieu pourvoit a´manger a´il veut .Que tu le veux ou pas. Olingi te felix alia .Felix azalaka depute´ le mieux elu en 2011,100 000 voix ,mais akendaki ko sieger na Assemblee´ te .Asundula ba emulements,alors fayulu ,muzitu,bemba ,kamitatu ,ect….bazalaki kolia ba emolements .Sikoyo yo mikolo nionso kaka felix libumu ,oza na ndenge nini.

Pricing Plan

PLAN VISIBILITÉ:

60$/MOIS 2$/JOUR

Post will come on top every 7 days in the category boosted

MAX VISIBILITÉ:

200$/MOIS

Post will come on top every 3 days in the category boosted

WITHOUT PLAN

5$/3days:

Bump up without plan